“Spin Doctor” est une délicieuse expression anglaise intraduisible. Une traduction littérale ne nous éclairerait absolument pas et je me demande souvent comment sortir de cette ornière. Il est impossible de trouver un nom en français capturant la signification de “spin” : comme tous les bons joueurs et joueuses de tennis, capables de donner de l’effet à la balle pour qu’elle adopte une trajectoire nouvelle et imprévisible, les spin doctors savent montrer les informations sous le jour qui leur convient le mieux. C’est cette image qui est si difficile à traduire de façon succinte.
Le numéro 2003 du nouvel observateur consacre un dossier à ces personnages mystérieux et on peine à y trouver un équivalent satisfaisant : “faiseurs de rois et conseillers spéciaux, experts en retournement d’opinion, modeleurs d’élection, inventeurs d’images, fabricants de consensus”.They also used “maîtres de la manipulation”and even “gourous”. J’ai aussi entendu parler de “conseillers de l’ombre” et “d’éminences grises de la communication”.
Ces expressions ne sont pas entièrement satisfaisantes car elles ne capturent qu’un seul aspect de ces fameux spin doctors. Je me demande si le secret pourrait bien résider dans un terme aussi vague, étrange et évocateur que spin doctor l’est en anglais. Après tout, si on demandait à dix personnes d’expliquer ce qu’est un “spin doctor”, elles donneraient sans doute dix définitions différentes. Les spin doctors sont des créatures mystérieuses. C’est pourquoi j’ai un gros faible pour “docteurs folimage” qui fait référence à docteur folamour et que j’ai trouvé sur une poignée de sites. Ce terme comporte l’aspect de docteur (celui qui arrange), l’élément de “folie” (ou du moins de non-orthodoxie) et l’image (la matière première de leurs activités). Expliciter n’est pas toujours la meilleure manière de faire passer un message ; il vaut parfois mieux évoquer une image et laisser le lecteur faire le reste.