Je suis tombée sur ce mot en jouant à Cranium. Parmi les nombreux défis à relever, quatre définitions nous étaient proposées, parmi lesquelles il nous fallait trouver celle de callipyge. Je suis plutôt fière de mes connaissances en matière de vocabulaire et d’étymologie, et pourtant ni calli ni pyge ne me disaient rien.
Une longue minute de délibérations animées plus tard, nous avons choisi « instrument semblable à un orgue » plutôt que « qui fait preuve de négligence » (la version anglaise utilisait un mot commençant en call ; on ne nous la fait pas), « chef religieux musulman » (trop grec pour un terme musulman) ou « qui a des fesses magnifiquement proportionnées » (faut pas pousser).
Réponse : callipyge provient du Grec kalli– (magnifique) et puge (fesses).
Bien sûr, une bonne heure après, une fois la défaite consommée et le jeu rangé, le mot calligraphie (l’art de former de belles lettres) m’est venu à l’esprit. Pourquoi mon cerveau est-il incapable de récupérer les informations dont il regorge au moment opportun ?
Enfin, cadeau pour vous : un mot sacrément utile pour ceux/celles qui aiment faire dans l’originalité quand ils/elles complimentent un être aimé ou tentent de charmer un(e) bel(le) inconnu(e).