Comment réagiriez-vous, si, au travail, vous aviez dans les mains un document révélant que la National Security Agency des Etats-Unis demandait à votre gouvernement de commettre un acte de surveillance illégal d’autres nations ?
Katharine Gun, traductrice au GCHQ, le quartier général de communication des services de sécurité britannique, a choisi de rendre ce document public. Elle a été licenciée, arrêtée et mise en accusation en vertu de la loi sur les secrets officiels, risquant deux ans de prison. Hier, toutes poursuites à son encontre ont été abandonnées.