C’est le 14 juillet et j’aimerais parler de notre hymne national. Il fait régulièrement l’objet de débats car certains pensent qu’il faudrait en changer les paroles. Pourquoi ? Voyons si vous les trouvez choquantes :
Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie,
L’étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Egorger vos fils et vos compagnes !
Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons !
Sanguinaire, n’est-ce pas ? Il faut admettre que ses paroles sont déplacées à notre époque et que la violence exprimée fait dans la démesure. On dit qu’il serait plus convenable et utile d’avoir un hymne national appelant tou(te)s les Français/Françaises à vivre dans la paix et l’harmonie, par exemple. La mention de « sang impur » est particulièrement gênante dans une société où le racisme et les guerres entre religions font rage. En outre, il est incroyablement sexiste ; il est clair qu’il doit être chanté par des hommes et met à l’écart la moitié de la population française.
Cependant, je n’aimerais pas qu’on le mette au placard. Je pense que ses paroles sont tellement grotesques et dépassées qu’elles ont perdu leur signification ; à mon avis, peu de fans de sport pensent à ce qu’ils chantent quand ils le glapissent avant un match de rugby, une course etc. En outre, je le trouve vraiment entraînant et j’aime entendre des milliers de personnes le reprendre en chœur. Bien entendu, cela vient contredire mon aversion pour les sentiments nationalistes en général. Cependant, j’aime le fait qu’il est tellement familier que même si je me sens parfois déconnectée et détachée de mon pays natal, il m’émeut et me fait sentir un peu plus… française. C’est totalement irrationnel et je pense, bien sûr, qu’un hymne national devrait contenir un message de paix et de compréhension entre toutes les nations. Cependant, j’aimerais vraiment qu’on le garde, peut-être pour nous rappeler notre histoire, peut-être parce que nous devrions être heureux que de nos jours, l’environnement le plus hostile dans lequel nous sommes susceptibles de le chanter est un stade de foot.