Vous est-il jamais arrivé de rechercher une expression, d’être convaincu(e) qu’elle est bien là, dans les tréfonds de votre cerveau, et de vous cogner la tête pour la faire remonter à la surface, sans succès ? Agaçant, non ? Cela m’est arrivé hier, alors que je relisais la traduction d’une collègue. Y était mentionnée l’expression « practice makes perfect », que ma consœur avait ainsi traduite : « La pratique rend parfait ». Il s’agissait d’une expression littérale qui faisait bien passer le message, mais je savais, je SAVAIS qu’il n’était pas nécessaire de faire dans le littéral car il existait en français une expression idiomatique équivalente. Le problème, c’est qu’elle m’échappait. Puis il s’est produit quelque chose qui m’a prouvé que Saint Jérôme (le patron des traducteurs/trices), m’avait à l’œil hier. Alors que j’allais abandonner, Belinda, une amie forgeronne, m’a appelée. C’est à ce moment que l’expression en question a enfin quitté les profondeurs de mon esprit pour se présenter à moi dans toute sa clarté : « C’est en forgeant qu’on devient forgeron. »