De retour de vacances et passant au crible une boîte de réception pleine à craquer, j’y ai trouvé un lien envoyé par Dyran, le modérateur du groupe de discussion « Business Practices ». Il mène à un rapport sur les pratiques commerciales dans l’industrie de la traduction rédigé par la Banque mondiale. Il se base sur une enquête à laquelle ont répondu 51 organisations gouvernementales internationales, des organisations non-gouvernementales, des bureaux de traduction et des sociétés privées. Il est très intéressant, même si je reste quelque peu sceptique devant la section sur les tarifs. Deux autres points m’ont étonnée : le quasi-monopole de Trados sur le marché des outils de traduction et le fait que « la plupart des personnes interrogées ont indiqué que le meilleur moyen de recruter des traducteurs et traductrices indépendants consiste à consulter leurs réseaux, suivi par l’examen de CV non sollicités et les références des universités. » L’envoi de CV non sollicités est généralement condamné dans notre profession, mais cette enquête suggère que ce n’est en fait peut-être pas une complète perte de temps.