Ce week-end, j’ai comblé une grave lacune au niveau de ma connaissance de la culture britannique : j’ai regardé Porridge, série culte se déroulant dans une prison, pour la première fois. Cela m’a enfin permis de découvrir pourquoi les surveillants et surveillantes de prison sont appelés « screws » (vis) en argot. L’explication de Gabrielle (un instrument de torture équipé d’une vis permettant aux surveillants de le rendre encore plus pénible) me semblant un peu douteuse, j’ai fait une petite recherche sur l’Internet. Cette page (avec photos) vient confirmer la théorie de mon amie.

La manivelle, une forme de labeur inutile, a été créée au milieu du siècle dernier pour rendre la vie des détenus condamnés aux travaux forcés encore plus dure. Les prisonniers devaient faire tourner la manivelle 14 400 fois par jour,
le cadran montrant le nombre de tours. Le surveillant pouvait rendre la tâche plus difficile en serrant une vis, et c’est depuis qu’on les surnomme « les vis ».