J’ai réussi à passer des vacances dénuées de tout sentiment de culpabilité lié à mon manque d’activité. Quand j’ai finalement rallumé mon ordinateur, l’ardeur que j’avais mise à me reposer a été récompensée sous la forme d’un projet de 45 000 mots. L’échéance est serrée, mais le sujet est très intéressant. J’ai interprété cela de la façon suivante : l’univers, inquiet de me voir si peu disposée à laisser mon travail de côté, a décidé de me montrer que j’ai raison de prendre des vacances. Je me suis promis de garder cela à l’esprit.
Nous avons fait un nombre incalculable de parties de Trivial Pursuit durant les vacances, et l’une des questions était tout particulièrement intéressante. “Quelle ville belge commençant par S, où les Romains ont découvert des sources d’eau chaude, a donné son nom à un type d’établissement de santé ?” J’ai longuement hésité entre Bruxelles et Bruges, les deux seules villes qui me venaient à l’esprit, et j’ai choisi Bruges. C’était Spa. Le lendemain, je lisais le Sunday Times quand je suis tombée sur un article consacré aux spas. Selon lui, le mot spa était en fait l’acronyme de Sanus Per Aquam (la santé par l’eau). Quelle est la bonne origine ? Devons-nous vraiment les spas à la Belgique ou s’agit-il d’un acronyme ?