Vous vous souvenez peut-être d’un récent article où je mentionnais le fait qu’une traduction française est toujours plus longue que le texte source en anglais. Hier, j’ai dû traduire le mot survivalist. C’est sans aucun doute le champion du monde dans la catégorie « instigateur de foisonnement ». Voici comment mon dictionnaire le traduit : écologiste extrême vivant en autarcie pour pouvoir survivre à une éventuelle catastrophe nucléaire. Vous avez bien lu, 13 – 1 pour le français !
Bien évidemment, le mouvement « survivalist » n’ayant pas conquis beaucoup de monde en France, il n’a jamais été nécessaire de créer un nouveau mot français pour le désigner. C’est bien pour cela que mon dictionnaire m’offre une explication plutôt qu’une traduction. Cependant, comment expliquer le fait qu’il n’y a pas de mot pour shallow (peu profond) en français ? Le monde devait regorger de choses peu profondes pendant la période qui a vu les premiers balbutiements du français. N’aurait-il pas été logique de créer un mot au lieu d’utiliser une description négative ?
Au fait, j’ai fini par traduire survivalist de la façon suivante : « écolo passionné de survie. » J’ai opté pour écolo et non pas écologiste parce qu’il s’agissait d’un texte promotionnel décrivant une comédie hollywoodienne pour lequel on m’avait demandé d’adopter un style familier et vif.