Le mot terrorisme provient de la Terreur, une période de l’histoire française. En 1793, la révolution était mise à mal et le pays menacé par ses ennemis. Pour réagir face à cela, le gouvernement français mit « la Terreur à l’ordre du jour », déclenchant ainsi une vague d’arrestations et d’exécutions visant à terroriser la population pour la soumettre. Le 17 septembre, le gouvernement passa la loi des suspects, permettant à la police d’arrêter ceux qui, « n’ayant rien fait contre la Liberté, n’ont rien fait pour elle », autrement dit, qui bon lui semblait. La Terreur prit fin le 27 juillet 1794 et fit environ 40 000 victimes.