Toutes mes excuses aux personnes qui m’ont écrit récemment et n’ont toujours pas eu de réponse ; c’est un peu la panique en ce moment au Quartier Général de Naked Translations, comme toujours avant Noël. Un e-mail a cependant retenu mon attention, car il me posait une question à laquelle il est très facile de répondre : comment se passe une journée type pour une traductrice ?
Voici ma réponse : une journée type n’existe pas. Pour vous expliquer pourquoi, je vais comparer trois jeudis, celui de la semaine dernière, celui de cette semaine et celui de la semaine prochaine.
Jeudi 1er décembre
8h30 : je me lève
9h : je regarde Frasier
9h30 : je vais au bureau à pied (par le front de mer, ce qui prend plus de temps)
10h15 : j’arrive au bureau, je bavarde un peu, je vérifie mon e-mail, je lis les journaux
10h45 : je vais à la salle de sport
Midi : retour au bureau, je traduis
13h : déjeuner + scrabble
14h : je traduis
16h : je vais me balader sur la plage, je passe par la banque, la poste, j’achète un ou deux cadeaux pour Noël
17h : retour au bureau, je réponds à quelques e-mails et j’envoie un devis pour un nouveau projet
17h30 : je rentre chez moi
Jeudi 8 décembre
6h30 : je me lève
7h30 : je traduis
10h45 : je vais à la salle de sport
Midi : déjeuner + lecture des journaux
12h30 : je traduis
19h : je rentre à la maison
(Bon, j’ai menti ; j’avais la ferme intention de travailler jusqu’à 19h, mais à 17h, j’en avais assez et je suis allée boire un verre avec une amie. Mais j’aurais dû travailler jusqu’à 19h. Et maintenant, c’est vendredi, il est 7h du matin et j’écris ceci au lieu de travailler. Décidément, j’ai la tête dure.)
Jeudi 15 décembre
7h30 : je me lève
9h : je retrouve mes clients anglais et français au début d’une mission d’interprétariat qui doit durer toute la journée
22h30 : je rentre à la maison
Vous voyez donc qu’une journée type n’existe pas, et c’est sans doute l’aspect de mon travail que je préfère. Je ne sais jamais vraiment ce que la journée, et encore moins la semaine, me réserve. Bien entendu, cela nécessite de bonnes capacités d’adaptation constante à des circonstances changeantes, ce qui me va très bien. J’ai du mal à imaginer pouvoir faire la même chose et les mêmes heures tous les jours (encore que je ne dirais pas non à un salaire régulier et à des congés maladie), et j’ADORE être capable de décider quels projets prendre en charge ou non. C’est un peu ça, être libre, non ?