Neij, qui contribue souvent aux discussions soulevées ici, m’a demandé il y a quelques temps d’écrire un article sur le verlan, une forme d’argot en français où on intervertit les lettres et syllabes d’un mot pour en créer un nouveau. La méthode n’est pas trop rigide, ce qui compte, c’est que le mot sonne bien.
Le verlan est très simple, en fait ; par exemple : femme devient meuf, fête devient teuf, vas-y devient zyva, fou devient ouf. Il est intéressant de noter que cette métamorphose ne s’arrête pas forcément là. Lorsqu’un mot en verlan devient communément utilisé et perd son aura de rebelle, on peut le « reverlaniser ». Il s’agit d’un processus tellement flexible qu’au lieu de retrouver le mot d’origine, on arrive à un mot complètement inédit. Par exemple, arabe devient beur, qui à son tour se transforme en reubeu. Un grand nombre de mots en verlan sont couramment utilisés en français ; en voici un petit topo. Et Gail d’Open Brackets a déjà abordé le sujet.
Autre expression en verlan récemment entrevue sur les écrans anglais : à donf (qui provient de à fond, la forme abrégée de l’expression à fond la caisse). Je regardais Ellen Macarthur rentrer à Falmouth après avoir battu le record du tour du monde en solo hier quand j’ai repéré cette expression sur la coque de son bateau. Cela montre que le verlan, qui, comme d’autres formes d’argot, est une espèce de code créé par un groupe spécifique (ici, les Parisiens des banlieues, comme nous le rappelle Language Hat), peut conquérir le parler courant, au point de devenir la devise d’une Anglaise qui domine actuellement le domaine de la navigation.
L’exploit d’Ellen Macarthur lui a valu d’être nommée Dame, et Jean et Julien se demandaient hier soir dans les commentaires de l’article précédent quelle était la différence entre les titres de Dame et de Lady. Voici mon explication (il se peut que j’aie tort, corrigez-moi si je me trompe) : recevoir le titre de Dame veut dire qu’on a été nommée Dame Commander de l’Ordre de l’empire britannique. Elle avait déjà été nommée Member de l’Ordre de l’Empire britannique en 2001, elle a donc été promue au sein de ce système (il y a cinq degrés dans cet ordre de chevalerie : Member, Officer, Commander, Knight ou Dame Commander et Knight ou Dame Grand Cross). Lady, par contre, est un titre de noblesse qu’on ne peut acquérir qu’à la naissance ou suite à un mariage.