Le site de la BBC nous informe du fait que des traductions officieuses du dernier Harry Potter sont actuellement en vente dans certains pays. Selon cet article, « les traductions officieuses omettent plusieurs paragraphes importants pour l’intrigue et contiennent des contresens, comme par exemple l’utilisation d »immortel’ au lieu de ‘mortel’ ». Aïe. Difficile à éviter, cependant : je doute que ces « traductions voyoutes » passent par les stades de relecture et d’édition auxquels les traductions officielles sont sans aucun doute soumises.
Je sais qu’on exige une traduction tellement rapide de ces livres que les traducteurs et traductrices qui décrochent la timbale ont très peu de temps pour accomplir leur travail. Je me rappelle avoir lu quelque part que le traducteur français du cinquième volume de Harry Potter a livré sa traduction à temps, mais qu’il a failli y laisser son mariage et sa raison. Je ne me permettrais jamais de critiquer son travail, vu que je serais bien incapable de fournir une traduction d’une telle complexité en peu de temps, mais je dois admettre que je n’aime pas trop certains de ses choix, en particulier ses traductions de certains noms, comme « Hogwarts » qui devient « Poudlard », par exemple.
Pour ce type de traduction, qui nécessite énormément de créativité, avec son monde inédit de magiciens et de sorcières, je me demande si une collaboration à la Wikipedia ne serait pas le moyen idéal de parvenir à la meilleure traduction possible. Il doit bien y avoir assez de fans de Harry Potter également doués en rédaction ; ils et elles pourraient travailler ensemble, échanger leurs trouvailles, débattre de certains choix et produire collectivement la traduction de référence. Comme pour Wikipedia, les contributions maladroites seraient rapidement éliminées grâce à une auto-régulation et des administrateurs et administratrices de confiance. Cela permettrait aux milliers de fanatiques de l’univers de Harry Potter de s’approprier réellement ces livres et de faire en sorte qu’ils atteignent leur plein potentiel dans un grand nombre de langues différentes.
Mes collègues qui travaillent dans le domaine de la littérature vont sans doute détester cette idée, mais ces livres touchent tellement les gens que s’ils avaient la chance de les traduire, ils s’y consacreraient sans doute corps et âme, ce qui pourrait mener, selon moi, à des résultats exceptionnels.
Wikipedia consacre de nombreuses pages à la question de la traduction de Harry Potter (en anglais).