Je reviens de quelques jours passés à Rouen, dans le nord de la France. J’y étais en juin pour faire l’interprète et au détour d’une conversation, j’ai dit à mon client que j’avais bien l’intention d’y retourner pour passer plus de temps à découvrir la ville. Très gentiment et sans le moindre encouragement, il m’a offert de rester dans son appartement, qu’il allait quitter en août pour aller en vacances avec sa famille.
Il a ajouté que son appartement se trouvait dans un « quartier populaire » du centre. « Populaire » dans ce contexte ne doit pas être traduit par popular, c’est un faux ami. Il ne veut pas dire que c’est un quartier prisé de tous, mais qu’il est animé, avec une population mixte, appartenant surtout à la classe ouvrière (pour simplifier !). Je me demande bien comment rendre cela en anglais. On m’a proposé « lower-income multicultural urban area », mais c’est un terme qui sent l’administratif à plein nez, qui est un brin longuet et n’évoque pas l’aspect identitaire qu’on retrouve, à mon avis, dans « quartier populaire ». Des propositions ?
Entre parenthèses, je vous recommande chaudement Rouen pour un agréable weekend. Cette ville est entièrement imprégnée d’histoire, avec une cathédrale qui remonte au 11e siècle,
cathedral
un Palais de Justice qui porte toujours les marques des bombardements qui ont détruit une grande partie de la ville durant la seconde guerre mondiale,
palais
une place où les victimes de la peste de 1428 ont été enterrées et bien sûr, les endroits où Jeanne d’Arc a été torturée, jugée, brûlée et réhabilitée. Rouen sait cependant faire oublier son histoire souvent tragique et funèbre grâce à ses belles rues et à ses anciennes demeures magnifiquement préservées, admirées en allant de cafés en crêperies.
houses
street