La coupe du monde de rugby a commencé, et alors que je regardais les All Black faire leur célèbre Haka, je me suis dit qu’il était inutile de parler maori pour comprendre ce qu’ils étaient en train de scander. Leurs expressions faciales, leur langage corporel suffisaient à tout saisir. Voyez par vous-même :

Effrayant. Impressionnant. Je ne peux qu’imaginer ce qu’on peut ressentir à les regarder faire tout en sachant qu’on est sur le point d’essayer de leur piquer le ballon. Par jeu, j’ai essayé de traduire mentalement ce qu’ils disaient :

Par le sang de nos ancêtres !
Nous sommes puissants !
Nous sommes invincibles !
Nous n’avons pas peur de vous
et vous allez vous incliner
devant les braves guerriers que nous sommes !
Regardez un peu la taille de nos bras !
Et de nos jambes !
Venez nous tackler si vous osez !
Laissez la peur vous envahir !
Laissez la terreur prendre possession de vous !
Grrr !

Pour vérifier, je me suis rendue sur le site Web officiel des All Black pour en connaître la traduction exacte ; voici les paroles originales du haka :

Ringa pakia!
Uma tiraha!
Turi whatia!
Hope whai ake!
Waewae takahia kia kino!
Ka Mate! Ka Mate!
Ka Ora! Ka Ora!
Tenei te ta ngata puhuru huru!
Nana nei i tiki mai!
Whakawhiti te ra!
A upane ka upane!
A upane kaupane whiti te ra!
Hi!!

Et en voici la traduction :

Frappez des mains sur les cuisses !
Bombez le torse !
Pliez les genoux !
Laissez vos hanches suivre le rythme !
Frappez des pieds aussi fort que vous pouvez !
C’est la mort ! C’est la mort !
C’est la vie ! C’est la vie !
Voici l’homme poilu
qui fait briller le soleil !
Faites face !
Faites face, en rang !
Soyez solides et rapides !
Devant le soleil qui brille !

« Pliez les genoux » ? « Laissez vos hanches suivre le rythme » ?! « Voici l’homme poilu qui fait briller le soleil » ??! On dirait un mélange de la Danse des canards et d’ABBA ! Je dois admettre que maintenant que je connais les paroles, le respect mêlé de crainte qui m’envahissait avant un match des All Black va sans doute laisser la place à des gloussements de rire devant cette bande d’hommes (poilus) qui se frappent les cuisses et tapent des pieds en hurlant qu’ils se frappent les cuisses et tapent des pieds. C’est une traduction dont j’aurais pu me passer ; certaines choses méritent de garder une part de mystère.
Petite remarque : prière de ne pas mentionner France – Argentine dans les commentaires. C’est la faute au nouveau maillot moche.