Un incendie a détruit le Cutty Sark. Durant les informations du matin, les journalistes ont utilisé le pronom « elle » pour parler du bateau, et non pas « it », qui est normalement employé pour parler d’objets inanimés, ce qui ne m’a pas surprise, vu qu’une telle utilisation du pronom féminin est bien connue pour parler des navires. Cependant, cela m’a rappelé une conversation avec un des peintres qui ont rénové il y a quelques mois la façade du bâtiment où se trouve mon bureau. Je lui avais dit qu’ils avaient eu de la chance, car le temps s’était mis au beau dès leur arrivée. Il m’a répondu, en désignant d’un geste l’échafaudage :
« Oui, mais il a fait beaucoup de vent, et elle bouge pas mal. »
Elle ? « Scaffold » est féminin et non pas neutre ? C’était nouveau. Je me suis donc penchée sur mon antique Linguistique et grammaire de l’anglais, de Lapaire et Rotgé, pour en savoir plus. Il suggère que la fin de la période de l’Ancien anglais a été marquée par une période de bouleversements de cette langue. Non seulement les déclinaisons, mais également les noms, les pronoms et le genre allaient connaître de profondes transformations durant la transition de l’Ancien au Moyen anglais. De nouveaux critères furent adoptés pour déterminer le genre (masculin, féminin, neutre), et en particulier l’opposition « naturelle » entre l’animé et l’inanimé, y compris la différence entre humain et non-humain, masculin et féminin. Le neutre a grandement bénéficié de ce bouleversement grammatical et a vu affluer vers lui tous les mots non-personnels, autrement dit des mots échappant à l’opposition entre personne de sexe masculin / personne de sexe féminin.
C’est pourquoi les créatures vivantes mais non-humaines, les objets, les concepts, les phénomènes et les sentiments devinrent neutres. Seuls les animaux domestiques, les navires, la voiture d’un particulier, la patrie ou la ville proches du cœur et certaines entités métaphysiques susceptibles d’inspirer de forts sentiments sont demeurés à proximité de la frontière séparant le neutre, le féminin et le masculin. Pourquoi ? Parce que ce nouveau système très anthropo-centré permettait aux objets non-humains et aux concepts d’être inclus dans le territoire du féminin et du masculin de par leur lien avec la « sphère de l’humain ». Ainsi, un lien sentimental, une proximité, une relation affective peuvent projeter un objet inanimé, non-humain ou même un concept dans la sphère du personnel et donc du genre.
Tout ceci explique pourquoi des objets inanimés, comme un bateau ou un échafaudage, peuvent être affublés d’un genre. Il est inévitable qu’un lien se noue entre une personne et un navire ou un échafaudage, d’autant que de la solidité de ces constructions dépend la vie de la personne en question. Ce lien relie donc un objet inanimé au domaine de l’humain et à la sphère du personnel, qui ne tolère pas le neutre caractéristique des mots appartenant à la sphère du non-personnel.