chart
Avant le 12 décembre 2006, ce site attirait un nombre respectable de visiteurs et générait donc pas mal de demandes de nouveaux clients potentiels. Il se trouvait en première ou deuxième page de Google pour des recherches du genre « traduction anglais français » ou « traducteur français », mes deux meilleurs mots-clés, remplissant ainsi sa fonction. Cela ne voulait pas dire que j’acquérais des nouveaux clients toutes les semaines, mais il générait assez d’intérêt pour me permettre de développer graduellement ma clientèle, au fil du temps : comme outil marketing, il était très efficace. Puis le 12 décembre est arrivé. Soudain, le trafic en provenance de recherches sur Google a chuté, et cet effondrement a été aussi brutal que spectaculaire. J’ai perdu les trois quarts de mes visites quotidiennes, passant de 800 à 200 visiteurs. La raison à cela est aussi mystérieuse que le fonctionnement de Google. Faites un recherche à l’aide de la phrase « chute brutale du trafic » ou autre formulation et vous verrez que cela arrive sans arrêt, à beaucoup de personnes, et que personne ne sait comment régler ce problème. Conséquence directe pour moi : je ne pouvais plus me fier uniquement à ce site Web pour nouer de nouveaux contacts et rencontrer des clients, activités fondamentales pour les indépendants.
L’une des mesures que j’ai décidé de prendre afin de compenser ce problème de référencement a été de me lancer dans la création d’un réseau à Brighton. L’un de mes « collègues » jure par les réseaux et m’a convaincue d’assister à un petit-déjeuner organisé par le City Business Club. J’ai bien fait d’y aller. Deux intervenants ont pris la parole sur les thèmes de la création et la maintenance de réseaux et de la manière de se présenter avec efficacité. J’ai fini par passer deux heures très agréables à bavarder avec un directeur marketing, un architecte et une spécialiste du développement professionnel. Le plus amusant, c’est que le directeur marketing et l’architecte m’ont confié qu’il était possible qu’ils aient besoin de services de traduction à l’avenir. Même si ces discussions ne mènent pas à un contrat, j’ai passé un très bon moment et je ne doute pas que des rencontres de ce type et des liens noués au sein du petit monde des entreprises à Brighton portent un jour leurs fruits. J’aime aussi l’idée d’être bien connectée et de pouvoir recommander des collègues de confiance.