cows
La traduction littérale de cette expression est « jusqu’à ce que les vaches rentrent ». Explication, trouvée dans The encyclopedia of word and phrase origins de Robert Hendrickson :

Parmi les expressions amplifiées d’origine relativement récente, til the cows come home in the morning (jusqu’à ce que les vaches rentrent au petit matin) et til hell freezes over and the cows come skating home over the ice (jusqu’à ce que l’enfer gèle et que les vaches rentrent en patins à glace). Cette expression signifie « pendant très, très longtemps » depuis très, très longtemps, l’an 1600 environ. Elle vient du fait que les vaches ne se pressent pas pour retourner à l’étable si on les laisse faire, ne pointant le bout du museau que le lendemain matin lorsque, les pis douloureux et gonflés, elles rentrent pour se faire traire.

Parmi les équivalents français dénichés après une rapide recherche dans mes dictionnaires et sur l’Internet : jusqu’à la Saint-Glinglin, jusqu’à perpète, jusqu’à la semaine des quatre jeudis, quand les poules auront les dents. Cependant, je ne suis pas sûre qu’elles soient complètement appropriées. Tandis que la traduction la plus simple de til the cows come home pourrait être « pendant très longtemps », ces expressions françaises veulent dire « pour toujours ». En fait, til hell freezes over and the cows come skating home over the ice (événement qui ne risque pas de se produire) ne représente-t-elle pas une corruption de la signification d’origine de til the cows come home (qui se produira tôt ou tard) ? Qu’en pensez-vous ?