Lorsque j’ai écrit mon billet sur « Spring », je suis tombée sur l’expression « to be no Spring chicken » (traduction littérale : ne pas être un poulet du printemps). Je l’ai traduite mentalement en « ne plus être tout jeune », mais je savais qu’il existait un meilleur équivalent. En route vers le bureau ce matin, j’écoutais « On refait le monde », l’émission de RTL (vivent les podcasts !), lorsque l’un des journalistes a dit de Bayrou que « ce n’est pas un perdreau de l’année ». La traduction parfaite de « to be no Spring chicken » !
Autre expression liée à un autre type de volaille, qui est cruellement d’actualité pour moi : « to go cold turkey » (traduction littérale : « aller dinde froide », elle veut dire « être en manque »). Cet après-midi, je vais me faire arracher deux dents de sagesse sous anesthésie générale et on m’a donc ordonné de ne boire ni café, ni thé ce matin. Et de ne rien manger après 8 h. C’est pas la joie. Allez, redonnez-moi le sourire, trouvez-moi une traduction plus originale que le légèrement ennuyeux « être en manque » pour « cold turkey ».