Je reçois souvent des emails de lecteurs et lectrices me posant des questions sur la traduction et le métier de traductrice. Pensant qu’ils pourraient en intéresser d’autres, j’ai décidé d’en partager certains, avec mes réponses. Antonia m’a posé les questions suivantes :

Je suis en train de passer des tests pour intégrer une formation de traduction à Rennes et on me demande d’effectuer un travail de relecture. Je sais qu’il s’agit de signaler les erreurs, fautes d’orthographe, mise en page, etc. et de contrôler la qualité générale du document. Cependant je ne suis pas sûre du degré de précision du document à rédiger. Faut-il proposer des solutions pour les phrases mal formulées ? Faut-il reprendre ligne par ligne le document ? En résumé, j’aurais simplement voulu savoir s’il existait des normes ou modèles à suivre en matière de relecture.

La relecture est un concept qui peut grandement varier d’un client à l’autre, et je te conseille donc de demander exactement ce qu’on attend de toi. En général, c’est un processus de finalisation qui sert à éliminer les erreurs qui sont passées au travers des étapes de correction précédentes. Le document ayant déjà été contrôlé du point de vue du style et de la fidélité au document source, ton rôle est donc de garantir qu’il ne contient plus aucune faute de présentation, de frappe, d’orthographe et de ponctuation. Ces erreurs sont pratiquement inévitables, car elles peuvent devenir invisibles à l’œil d’une personne qui a passé des heures à travailler sur le même texte en profondeur. Tu ne devrais pas rencontrer de phrases mal formulées, mais il peut arriver que tu trouves la traduction décevante du point de vue stylistique ; dans ce cas, je te conseille de t’adresser à la personne pour qui tu travailles et de demander des instructions.