La semaine dernière, j’ai répondu aux questions d’une étudiante française qui prépare un diplôme de traduction. Elle m’a demandé de lui donner un conseil et je lui ai conseillé d’ignorer ceux qui lui diront que c’est un métier où il est très difficile de percer et qu’elle ferait mieux de poursuivre une autre carrière. C’est un boulot formidable qui vaut bien qu’on prenne quelques risques.
Quand j’y repense, je me rends compte que c’est le conseil que j’aurais aimé me donner quand j’étais étudiante ; je me demande si elle l’a trouvé vraiment utile. Que lui auriez-vous dit ?