home
Pourquoi illustrer un billet sur l’expression “Bone of contention” (os de conflit) avec une photo de pommes, vous demandez-vous ? C’est ça, la traduction : on commence avec un os et on finit avec une pomme. Je vous explique.
J’ai dû traduire la phrase suivante :

A bone of contention in several case studies relates to the involvement of donors to policy development.


Un “bone of contention” est quelque chose qui crée un conflit, comme un os qu’on jette entre deux chiens déclenche automatiquement une grosse bagarre. Un équivalent de cette métaphore n’existant pas en français, j’aurais pu utiliser une modulation et traduire la substance de cette expression, par exemple :

Dans plusieurs études de cas, la participation des bailleurs de fonds au développement de politiques a divisé les opinions/causé des conflits/provoqué des tensions, etc….

Le fonds est conservé, mais la perte stylistique est regrettable. C’est pourquoi j’ai choisi une modulation métaphorique, qui offrait en plus l’avantage d’un parallélisme prosodique et grammatical assez sympa et qui convenait parfaitement à ce contexte : pomme de discorde.

Dans plusieurs études de cas, la participation des bailleurs de fonds au développement de politiques a été une pomme de discorde.

Cette expression vient de la mythologie grecque : Eris, la méchante déesse de la discorde, fut fort fâchée lorsqu’elle vit qu’elle n’était pas invitée à un mariage très important auquel assistaient tous les autres dieux et déesses. Elle décida donc de se rendre au banquet et de jeter parmi les convives une pomme d’or portant la mention « À la plus belle ». Bien entendu, toutes les déesses pensaient la mériter et le prince Paris se vit confier la tâche de choisir l’heureuse élue. Il opta pour Aphrodite, car elle lui avait promis qu’il épouserait la plus belle femme du monde, Hélène, la femme du roi Ménélas. Paris s’en fut donc l’enlever, déclenchant la guerre de Troie (et des discordes en pagaille).