summer pudding« Tu veux finir le pudding aux fruits rouges, Céline ? » Me demanda ma belle-mère.
« Non, merci, » répondis-je. « However, I think I will bagsy it for tomorrow. » (Par contre, je me le réserve pour demain).
Tollé général autour de la table. Quelle impudence ! Bagsy un dessert pour le lendemain, ça ne se fait pas ! Les Anglais étaient unis dans leur condamnation absolue et totale.
J’ai toujours beaucoup apprécié ce concept utile et mis en pratique à l’aide du verbe anglais bagsy. Il existe bien un équivalent français, « preums », (prem’s ou preumz, etc.), mais il s’agit d’une interjection : loin d’être aussi flexible qu’un verbe, elle ne peut s’utiliser que dans le moment présent. Imaginez alors ma déception quand mon astucieuse manœuvre pour m’attribuer la dernière part de dessert fut jugée illégale.
On devine facilement l’origine du mot français (« premier ») et l’Oxford English Dictionary nous apprend que bagsy vient de bags I (je mets dans mon sac), dont l’utilisation remonte à 1866.
Word detective nous dit aussi que

Une enfant du sud de l’Angleterre […] pourrait s’exclamer Bags it ou Baggsy : ce code enfantin sacré lui garantit l’obtention de l’objet de son désir. Son homologue londonienne dira Squits, et plus au nord, une autre dira Foggy, Furry ou Firsy. Parmi les autres mots qui marchent également, on compte Barley, Bollars, Jigs et, en Écosse, Chaps ou Chucks. Nos amis américains préfèrent dibs.

Photo du pudding aux fruits rouges de moleitau.