dandelionJe suis vivante ! Enfin, tout juste. Les derniers mois ont été mouvementés : mon déménagement de Leeds à Brighton a coïncidé avec l’arrivée dans mon carnet de commandes de quatre nouveaux clients qui ont accaparé mon emploi du temps. Les traducteurs ne peuvent pas vraiment se contenter de leurs clients existants et au fil des ans, j’ai mis en place une stratégie toute simple (à tel point qu’elle mérite à peine d’être qualifiée de stratégie) qui m’aide à nouer régulièrement de nouveaux contacts, qui deviennent parfois des clients. Elle se fonde sur un principe élémentaire : j’ai déterminé les méthodes les plus efficaces pour me faire connaître, et je me focalise sur leur amélioration.
Ce site Internet constitue mon principal outil. Je n’ai pas réussi à trouver le temps de mettre le blog à jour récemment, mais même sous sa forme statique, il attire environ 10 000 visiteurs par mois, dont une proportion minuscule m’apporte du travail. C’est d’ailleurs comme cela qu’une de mes nouvelles clientes m’a trouvée en octobre : elle a entré « Traducteur de l’anglais vers le français » dans Google et m’a repérée sur la première page de résultats. Quelques emails et un court test plus tard, elle a décidé de me confier ses traductions. Mon deuxième client a également trouvé mon site Internet en 2006 et je me souviens qu’il m’avait dit qu’il adorait mon site et voulait absolument travailler avec moi. À l’époque, ce commentaire avait confirmé que j’étais sur la bonne voie et m’avait beaucoup encouragée. Nous n’avons en fait pas travaillé ensemble à l’époque, mais il m’a à nouveau contactée le mois dernier et j’ai pris en charge ses traductions.
Le troisième client est basé à Brighton. Il a envoyé un email interne à toute son organisation, demandant si quelqu’un connaissait un traducteur français, et une de mes amies, qui travaille avec lui, lui a passé mes coordonnées. Nous avons pris un café ensemble et je participe maintenant à un projet de trois ans.
Le quatrième client m’a été envoyé par une collègue que je recommande à mes clients quand je suis en surcharge de travail : c’est un exemple sympa de collaboration et de réseautage entre traductrices.
Site internet, contacts personnels, contacts professionnels. Ce sont les méthodes qui fonctionnent le mieux pour moi. À mon avis, le secret d’une bonne stratégie marketing, pour les traducteurs comme pour les autres indépendants, consiste à déterminer les méthodes les plus efficaces pour augmenter sa visibilité et tout faire pour les exploiter. J’avais l’intention d’étoffer mon plan en présentant ma candidature à l’Institute of Translation and Interpreting, mais il semble que je me sois heurtée à un mur… j’y consacrerai prochainement un billet.
Photo de pissenlit de Neil.