compass
J’ai souri en lisant le billet de Jill sur les plans de développement, intitulé I don’t have a plan and that’s okay too. Elle n’en a pas, et celui lui va très bien. Je comprends très bien son attitude, même si je trouve utile de prendre le temps de faire le point sur l’évolution de mon activité et sur les manières de l’améliorer. Cela m’aide à me concentrer sur mes objectifs et à faire tout mon possible pour réussir dans mon travail. C’est pour cela que je me suis donné quelques vagues orientations en janvier 2010, processus que j’ai trouvé utile. Certaines d’entre elles m’ont aidée à progresser dans ma carrière (participation à des webinaires et ateliers, obtention de deux clients directs supplémentaires dans le domaine du développement international, veille sur l’évolution de l’industrie de la traduction), d’autres ont éclairé des voies sans issue (présentation de webinaires et d’ateliers, qui n’est pas mon fort, et réseautage professionnel, terrain peu fertile pour la traductrice que je suis).
Cette année, en revanche, je ne vais pas me fixer d’orientations, même vagues, car je semble mener ma barque avec confiance grâce aux stratégies et outils acquis au fil des ans. J’ai réfléchi à la possibilité de proposer d’autres langues, en m’alliant avec des collègues respectés, mais cela me transformerait en chef de projet, et moi, ce qui me plaît, c’est la traduction, point à la ligne. Cela ne veut pas dire que je suis à jamais condamnée à faire toujours la même chose, de la même manière : les outils de traduction évoluent, et les nouveaux clients amènent de nouveaux défis et de nouveaux sujets à explorer.
Alors, quelles sont mes intentions pour 2012 ? Continuer à faire le meilleur travail possible pour mes clients existants, continuer à utiliser ce site pour mettre en avant mes services de traduction de l’anglais au français (pas mal, hein ?) et, je l’espère, obtenir quelques nouveaux contacts intéressants. Bonne année à tous !
Photo de boussole de Walt Stoneburner.
Cambridge: