shoal of fish
Les Jeux olympiques ont occupé une part beaucoup trop importante de mon emploi du temps la semaine dernière, et j’ai remarqué qu’un mot français datant de 1925-1930 était très utilisé : repêchage. C’est un excellent exemple d’emprunt, processus qui, pour une langue, consiste à adopter dans son lexique un terme venu d’une autre langue. Ce phénomène d’emprunt marche bien sûr aussi de l’anglais au français : dans L’aventure des mots français venus d’ailleurs (Robert Laffont, 1997, p. 17), Henriette Walter fait remarquer que sur 60 000 mots d’un dictionnaire de français usuel, 8 600 sont d’origine étrangère, soit 14,3 %, dont 25 % de mots anglais.
Les grandes périodes d’emprunt lexical dans l’histoire de l’anglais (en anglais)
Base de données mondiale des emprunts lexicaux (en anglais)
Arbre de classification des emprunts lexicaux (en anglais)
Poissons par Richard Ling