<diatribe>
Le traitement subi par le français dans les ouvrages et films de langue anglaise m’énerve royalement.
Aujourd’hui, j’ai terminé Da Vinci Code, de Dan Brown. La majorité de ce livre se déroule en France, et voici ce que l’un des personnages français dit à un moment : “Ne nous dérangez pas sous aucun prétexte.” Bien sûr, cela est incorrect, puisqu’on ne peut pas avoir les deux auxiliaires de négation “pas” et “aucun” dans la même phrase. “Ne nous dérangez pas”, ou “Ne nous dérangez sous aucun prétexte”, je veux bien, pas un mélange des deux. Il s’agit d’un best-seller lu par des millions de personnes de par le monde, n’aurait-on pas pu engager un ou une spécialiste de la langue française pour vérifier le français dans le livre ?
De même, je me rappelle que lorsque j’ai regardé Le président et Miss Wade, j’ai été horrifiée quand le président de la France, qui apparaît à un moment dans le film, s’est mis à parler. Ce personnage représentait la personne élue pour représenter la France, et pourtant il parlait français avec un épouvantable accent américain. Les acteurs français de second rang sont-ils donc si rares à Hollywood ?
</diabribe>

De | 2016-10-18T15:51:45+00:00 30 septembre 2004|Le coin technique|4 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

4 Réaction

  1. yann janvier 19, 2005 à 4:40

    “l’impossibilité” d’avoir une double négation du type “pas”+”aucun” me fait penser à l’anglais “I ain’t got no money” – vous avez probablement raison d’un point de vue logique; mais la réalité de la langue est toute autre – en fait ça se dit très fréquemment (dans une langue relâchée bien sûr) – j’ai très souvent entendu “ne vous dérangez pas sous aucun prétexte”! – autre remarque : on peut très bien imaginer aussi une pause en plein mileiu “ne vous dérangez pas… sous aucun prétexte” qui rétablirait la “normalité”.

  2. céline janvier 19, 2005 à 5:08

    Pas tout à fait d’accord avec toi ce coup-ci ; si la double négation est très répandue en anglais pour renforcer ce qu’on dit (“She ain’t going nowhere”), ce n’est pas le cas en français, me semble-t-il. Je dois avouer ne jamais avoir entendu “ne vous dérangez pas sous aucun prétexte”, mais je ne doute pas que cela se dise. La différence, c’est qu’en français, la double négation, c’est tout bonnement une erreur grammaticale (ou d’usage), tandis qu’en anglais, c’est un choix stylistique : on l’utilise pour exprimer un sentiment précis.

  3. Xavier Kreiss juillet 1, 2005 à 8:38

    J’avais remarqué, moi aussi, ce “ne nous dérangez pas sous aucun prétexte”. Ce n’est qu’une des nombreuses bourdes de ce livre, qui indiquent à quel point l’auteur connaît mal la France.
    Sur le fond, il y a deux façons de juger ce roman. En tant que récit d’aventure, il n’est pas plus mauvais qu’un autre. Mais pour le reste… il est truffé d’affirmations sensationnelles que rien ne permet d’étayer. Certaines, d’ailleurs, sont particulièrement absurdes. Mais nous nous intéressons au côté linguistique.
    Dans la version en anglais, les énigmes sont toutes dans cette langue. Pourtant, le maheureux Saunière, qui les avait composées, était français.Mais (explique Brown) pour encourager sa petite-fille Sophie à apprendre l’anglais , le vieil homme lui avait donné des énigmes à résoudre en anglais lorsqu’elle était gamine – et c’était devenu une sorte de “langage codé” entre eux. Oh yeah? Autre raison (qui n’est pas précisée dans le texte!) : un public américain n’aurait rien compris si ces casse-têtes avaient été en français. Mais passons.
    Le plus grotesque: le commissaire de police Bezu Fache est surnommé The Bull par ses collègues. il est aussi catholique fervent. Un jour, il a été reçu en audience par le pape, et il a placé fièrement une photo encadrée de l’événement sur le mur de son bureau. Ses collègues, derrière son dos, surnomment ironiquement cette photo “The papal Bull”.
    Or, en anglais, “bull” veut dire “taureau” aussi bien que “bulle” (au sens religieux du terme). Mais en français, le jeu de mots est impossible. Il faut donc penser que les flics du commissariat en question parlent l’anglais. Peut-être qu’eux aussi, avaient des grands-pères qui…

  4. jean-paul juillet 4, 2005 à 2:03

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, Céline
    “Ne vous dérangez pas sous aucun prétexte” est incorrect, peut-être tout simplement une erreur non repérée lors de la révision de la traduction.
    c’est du même acabit que: “Je ne resterai seulement que 15 jours” “voire même” et le “plus pire” des enfants (ou le “plus mieux” que l’on dit avec le sourire).

Les commentaires sont fermés.