Je viens de passer deux jours à Hastings pour une mission d’interprétariat. Cette réunion a représenté un véritable test pour mes capacités d’adaptation. En effet, trois personnes ont donné trois présentations complètement différentes, à la fois du point de vue du style et du contenu. Pour moi, ça a été un sacré défi à relever (plus difficile que d’habitude), mais je pense en avoir tiré des enseignements utiles qui devraient m’aider à m’améliorer dans mon travail. Le contexte : une grande table, 14 Anglais, deux Français : l’un des partenaires du projet et moi, chargée de lui murmurer simultanément à l’oreille la traduction de tout ce qui se disait autour de la table.
La coordinatrice du projet m’avait envoyé beaucoup d’informations au sujet de la première présentation, dont la présentation elle-même. Je fais toujours tout pour obtenir autant d’informations que possible avant une mission d’interprétariat. Une bonne préparation est cruciale po

De | 2016-10-18T15:52:08+00:00 5 mars 2004|Interprétariat|2 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

2 Réaction

  1. Céline avril 5, 2004 à 4:24

    Bonjour,
    En lisant ces quelques lignes, des souvenirs similaires me sont revenus. La seule solution que j’ai trouvée, sur le moment, (il s’agissait d’une interprétation très technique concernant la mécanique automobile) a été d’interrompre le narrateur. En effet, même ses compatriotes avaient du mal à suivre. Je lui ai expliqué ma situation et il l’a parfaitement comprise; je lui ai donc demandé de ralentir et, surtout, de faire des petites pauses de temps en temps pour permettre aux autres participants de la réunion de poser des questions et être ainsi certaine que mon interprétation était bonne. Pour tout vous dire, les autres participants m’ont remercié à la fin de la session!
    J’ai quitté depuis quelques temps le monde de l’interprétation mais j’espère que cela pourra vous aider à l’avenir. J’ai eu l’occasion de voir d’autres interprètes le faire et cela passe toujours très bien, tout le monde comprend qu’on y gagne en efficacité et en clarté.
    Cordialement,
    Céline

  2. cristina viti mai 3, 2004 à 11:40

    Dear Céline,
    congratulations for the great site!
    My name is Cristina, I work as a translator/interpreter from/into Italian. Which is to say, as far as interpreting is concerned, into several dialects. One of my interpreter’s nightmares, if you could call it that, is the story of a court case involving a gentleman from Sicily, who doesn’t speak the Tuscan dialect we generally know as ‘Italian’. Describing the attack he has suffered, he says: ‘M’ha colpito nel sonno con un pantofolo’ – which in Tuscan sounds like ‘He struck me in my sleep with a slipper’. I open my eyes wide looking at the huge bruise on the side of his head. His daughter then explains that in the particular Sicilian dialect he speaks, ‘sonno’ means ‘temple’, and ‘pantofolo’ means brick.
    Needless to say I am now visiting as many Italian dialect sites as I can find …..

Les commentaires sont fermés.