J’ai trouvé cette expression en sous-titrant un épisode de Shérif, fais-moi peur. On pourrait la traduire (littéralement) ainsi : les bonnes haies font les bons voisins. Autrement dit, le meilleur moyen de garder de bonnes relations avec ses voisins est de s’assurer que son espace et le leur sont clairement délimités. Boss Hogg s’en sert pour prévenir des gangsters d’Atlanta, venus faire un tour dans le comté de Hazzard, qu’ils feraient mieux de rester chez eux s’ils ne veulent pas que lui aussi se mêle de leurs affaires.
J’ai donc dû trouver un équivalent et j’ai pensé à “chacun chez soi et les poules seront bien gardées”. Cette expression ne traduit pas exactement la même idée de démarcation et de séparation entre des personnes vivant à proximité les unes des autres. Elle insiste plus sur l’idée que les gens devraient s’occuper de leurs affaires, pas qu’ils doivent clairement délimiter leur territoire.
Cependant, j’ai pensé qu’elle me permettait de demeurer fidèle à ce que Boss Hogg voulait dire. Il me semblait également que pour le ton général de la scène, il était important de garder une expression plutôt que d’opter pour une traduction littérale (ce qui est possible ici), montrant ainsi que Boss Hogg est un type terre-à-terre.
Il se trouve également que c’est actuellement une des expressions préférées du premier ministre israélien Ariel Sharon, qui s’en est servi pour justifier la barrière qu’Israël est en train de construire pour se séparer de la Cisjordanie. Peut-être que dans ce cas-là, on ferait mieux de dire que “les mauvaises haies font les mauvais voisins” ?

De | 2016-10-18T15:52:09+00:00 1 mars 2004|Expressions idiomatiques|2 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

2 Réaction

  1. Jonathan Perret mars 2, 2004 à 1:24

    Bonjour,
    J’aurais cru que tous les épisodes de “Shérif fais-moi peur” (rassurez-moi: ils n’en font plus ?!) avaient déjà été diffusés en France en VF. Votre article soulève donc une question : avoir accès à une version doublée du même épisode vous aurait-il aidé, ou les problématiques du sous-titrage et du doublage sont-elles trop différentes pour que le travail fait sur l’un serve à l’autre ?
    Je dois confesser qu’il m’arrive de regarder des films en VF avec les sous-titres français : il est assez amusant d’observer l’écart sémantique qui parvient à s’introduire entre les deux traductions, chacune faite sous des contraintes particulières.

  2. céline mars 2, 2004 à 4:17

    Bonjour Jonathan, comme tu le dis, le doublage et le sous-titrage sont soumis à des contraintes tellement différentes qu’en fait, le doublage ne m’aiderait pas beaucoup. Par contre, il serait intéressant d’avoir accès à la version doublée après avoir fait ma traduction, histoire de comparer.

Les commentaires sont fermés.