Je suis en train de sous-titrer le commentaire des acteurs de Shaun of the Dead, le premier film d’un genre nouveau appelé romzom (romantic comedy with zombies). C’est un film très drôle que je vous recommande, surtout si, comme moi, vous aimez les films de zombies et les parodies. Au moment de traduire “two-way mirror”, j’ai hésité : était-ce “glace sans tain” ou “glace sans teint” ? J’ai tapé “glace sans teint” dans Google : 428 résultats. Plutôt concluant, ai-je pensé. Puis j’ai tapé “glace sans tain” : 562 résultats. Plus tellement concluant. J’ai compulsé mes dictionnaires : c’était bien “glace sans tain”.
Cela illustre très bien pourquoi je fais toujours très attention quand j’utilise Google au cours de mon travail. C’est un outil fantastique pour trouver des informations et se renseigner sur les derniers développements langagiers absents des dictionnaires, mais il peut également mener à de graves erreurs. Après tout, qui rédige ces milliards de page ? Des gens aussi faillibles que vous et moi ; il vaut donc mieux faire confiance à des sources de renseignements plus fiables, comme nos bons vieux dictionnaires.

De | 2016-06-08T10:49:34+00:00 23 juillet 2004|La traduction freelance|3 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

3 Réaction

  1. Jonathan Perret juillet 27, 2004 à 11:32

    C’est une méthode que j’utilise fréquemment. Je la désigne avec un terme dont j’ai perdu l’origine : “orthographe statistique” (aucune référence pour ce terme dans Google, mais “statistical spelling” a l’air d’avoir été abordé par quelques scientifiques).
    D’aucuns argueraient qu’avec l’orthographe statistique, on ne peut pas se “tromper” : par quoi est définie une langue vivante, sinon par l’usage qu’en font ceux qui la parlent ? L’opinion d’un dictionnaire doit-elle avoir plus de poids que celle de milliers d’auteurs ?

  2. céline juillet 27, 2004 à 11:42

    Tu soulèves un point intéressant, cependant je pense que dans la majorité des cas, il vaut quand même mieux respecter l’orthographe des mots, qui en révèle beaucoup sur leur origine, plutôt qu’adopter une orthographe qui ne repose sur rien si ce n’est sur l’ignorance. Par exemple, “tain” est ainsi écrit car c’est une altération d'”étain”, ce qui en dit long sur ses origines, tandis que “teint” nous induirait complètement en erreur sur la signification première de ce mot.

  3. Marie-Louise juillet 28, 2004 à 10:01

    Et pour aller plus vite, j’utilise Spellweb quand je veux comparer l’usage de deux orthographes. A manier avec précaution la majorité n’ayant en l’occurrence pas toujours raison, mais bien pratique surtout dans le domaine des nouvelles technologies.

Les commentaires sont fermés.