Le projet Culture Online du ministère de la culture, des médias et des sports est à la recherche d’icônes représentant l’Angleterre. Parmi les candidats, la tasse de thé obtiendrait mon vote. Je ne buvais pas de thé quand je suis arrivée en Angleterre, mais j’ai vite appris que dire oui à une “bonne tasse de thé” et la siroter avec un plaisir évident était une méthode infaillible pour se faire des amis dans ce pays.
Vivre ici m’a appris que l’image d’Épinal des Anglais constamment en train de boire du thé n’est pas seulement un stéréotype éculé. De même, les Britanniques ont une vision très claire de l’apparence d’un Français : c’est un cycliste vêtu d’une marinière avec des oignons autour du cou. D’où cette image peut-elle bien venir ? L’année dernière, je suis allée à une “fête des ancêtres” où tout le monde devait se déguiser comme l’un de ses ancêtres. On m’a convaincue de porter une marinière et un collier d’oignons, car c’est apparemment à cela que ressemblent les Français (selon le folklore britannique). Il s’est trouvé qu’une autre Française était là et portait exactement le même “costume de Français”. Son origine l’intriguait tout autant que moi. Comme moi, elle n’avait jamais rencontré personne en France qui affectionne cette tenue. Quelqu’un peut m’éclairer ?

De | 2016-10-18T15:51:57+00:00 14 juin 2004|Culture|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. JR juin 20, 2004 à 1:02

    Autrefois (fin du XIXéme, début du XXème siècle), les paysans du Léon (région du nord du Finistère) et du pays de Morlaix cultivaient l’oignon ainsi que l’ail, et des marchands français allaient vendre ces légumes en Angleterre en prenant le bateau à Roscoff. Ces marchands étaient habillés à la manière du pays, de marinières en grosse toile ou de tricots de laine (le mot “chandail” vient de “marchand d’ail”!).

  2. JR juin 20, 2004 à 1:06

    Quant au vélo, attribut du Français marchand d’oignon, je crois que les marchands prenaient une bicyclette avec eux pour parcourir la campagne anglaise et vendre leurs oignons (qu’ils portaient en tresses autour du cou) de porte à porte.
    Amusant comme les images restent!

  3. jm juin 29, 2004 à 3:34

    il en reste un! Le dernier de ces marchands francais d’oignons a fait l’objet d’un reportage il y a un an ou deux sur TF1 (ca devait etre au 13h)
    La memoire me fait defaut. Mais effectivement il me semble qu’il debarque a periode fixe dans certaines villes du s-o de l’Angleterre, avec son velo et des oignons rouges.
    Je viens de retrouver un site qui parle de l’histoire de ces “johnnies”:
    http://membres.lycos.fr/mrrosko/celebrite-dumas-alexandre.htm

  4. jm juin 29, 2004 à 5:41

    correction: il en resterait une quinzaine…

  5. céline juin 29, 2004 à 5:50

    Merci pour les liens jm, ils sont super !

Les commentaires sont fermés.