La localisation fait l’objet de nombreux débats dans l’industrie de la traduction. Voici la définition proposée par la Localization Industry Standards Association (LISA): “La localisation consiste à prendre un produit et à l’adapter à la culture et à la langue du pays ou de la région cible où il sera utilisé et vendu.”
J’ai dû traduire la phrase suivante :

Even if you’re not interested in visiting the very first Starbucks – after all, it’s just a Starbucks – there are plenty of things to see and do in Seattle. (Une visite du premier Starbucks ne vous dit rien (après tout, ce n’est qu’un Starbucks) ? Pas de problème ! Il y a beaucoup à voir et à faire à Seattle).

Ma cliente avait été très claire : il était crucial de faire en sorte que le site soit facile et agréable à lire pour un public français. Cette consigne me posait problème ici, dans la mesure où Starbucks, qui se trouve à tous les coins de rue en Angleterre et aux USA, est loin d’avoir conquis la France : il n’en existe qu’un, à Paris. Il a ouvert cette année et même si les médias se sont rapidement emparés de la nouvelle, je pense que la grande majorité de la population ignore (peut-être pas pour longtemps !) que Starbucks est une chaîne de cafés à l’américaine. J’ai fait part de ce problème à ma cliente et elle m’a conseillé de remplacer la phrase d’origine par la suivante : “Even if you are not interested in the many famous coffee houses the city is famous for, there are plenty of things to see and do in Seattle” (La pléthore de cafés pour laquelle la ville est célèbre ne vous intéresse pas ? Pas de problème ! Il y a beaucoup à voir et à faire à Seattle).
Ce faisant, le texte était mieux adapté à un public français. Mon rôle ne se limitait pas à traduire mais également à analyser les implications culturelles du document source. Au lieu de “coller au texte”, j’ai essayé de déterminer la manière dont il serait reçu par un(e) Français(e) pour le modifier afin qu’il reflète la culture de la langue cible.