Les traducteurs/trices qui, comme moi, sont aussi interprètes, représentent une étrange bête pour la plupart des gens. Dans le patelin où j’ai grandi, Saint Martin de Hinx, ma mère tient sa minuscule épicerie, qui fleure bon le début du 20ème siècle et fait office de poumon de la vie sociale quotidienne du village. J’adore y traîner pour écouter les dernières nouvelles. Je finis souvent par avoir une conversation du style :
Client(e) : Toujours en Angleterre ?
Moi : Oui.
C : Qu’est-ce que tu fais comme travail ?
Moi : Je suis traductrice.

[Pause] C : Ah oui, ta mère me l’a dit. Elle dit que tu ne vas pas au travail.
Moi : Euh, si. Je travaille depuis chez moi.
C : Donc tu ne vas pas au travail.[soupir] Moi : Non.
C : Mais ta mère nous a montré des photos de toi avec des gens à l’allure importante autour d’une table.
Moi : C’était pour une mission d’interprétariat.
C : Interprétariat ? Je croyais que tu étais traductrice.
Moi : Je fais les deux. Je fais beaucoup plus de traduction, mais je fais parfois l’interprète.
C : Donc tu vas au travail ?
Moi : Parfois.
Il n’y a pas que les clients de ma mère qui sont déroutés par cette carrière farfelue.
J’ai lu récemment un excellent roman : Bel Canto, d’Ann Patchett. Ce qui m’a tout particulièrement plu est que l’un de ses personnages principaux est un interprète japonais du nom de Gen. C’est un personnage attachant qui utilise sa connaissance de langues variées pour aider les gens autour de lui, originaires de différents pays, à communiquer. Dans tout le livre, il est qualifié de « traducteur ». Il m’arrive souvent que des clients me qualifient de « traductrice » durant des missions d’interprétariat.
Je vais sans doute avoir l’air de chercher des poils sur les œufs, mais les deux activités diffèrent tellement que j’ai du mal à ne pas reprendre les personnes qui utilisent ces termes dans le mauvais contexte. Pour moi, la traduction, c’est mon bureau bien familier, mon clavier, l’Internet pour mes recherches, des espressos, une concentration silencieuse intense ou des pauses musique régulières, voire un somme, les jours les plus calmes. Quand je pense à l’interprétariat, je vois des gens, un endroit inconnu, des tasses de café instantané, des poussées d’adrénaline, une attention de tous les instants et une bouche sèche à force de trop parler. Les deux activités, même si elles se reposent sur l’utilisation du français et de l’anglais, sont extrêmement différentes. C’est bien pour cela que toutes les traductrices ne sont pas interprètes et vice-versa.
De | 2016-10-18T15:52:11+00:00 25 février 2004|Interprétariat|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. Hélène février 26, 2004 à 12:00

    Bonjour Céline! Je viens tout juste de découvrir ton site et je le trouve vraiment intéressant! Je suis une jeune professeur d’anglais à l’université d’Angers et je donne depuis 4 ans des cours de VERSION et MÉTHODOLOGIE de la traduction…J’aime beaucoup ces cours mais ne suis pas une spécialiste de la traduction…J’aimerais trouver des idées pour la présentation des procédés de traduction. As-tu des suggestions? Ou peux-tu me conseiller des sites?
    Merci beaucoup!
    Hélène

  2. céline février 26, 2004 à 12:16

    Bonjour Hélène, je pourrais te donner la liste des ouvrages de référence que je consulte, mais tu dois tous les connaître.
    Malheureusement il n’existe pas beaucoup de sites sur les procédés de traduction, c’est en partie la raison pour laquelle j’ai commencé ce blog. Quant à l’enseignement, j’ai essayé et ce n’est pas mon point fort, donc j’aurais peur de te donner de piètres conseils et de revivre de mauvais souvenirs ! 🙂
    Désolée de ne pas pouvoir plus t’aider et merci de ta visite. Bonne continuation sur les bancs de la fac !

  3. Ania février 29, 2004 à 11:53

    Un grand bonjour de la part d’une interprète qui n’est plus traductrice et qui comprend très bien de quoi tu parles (ahhh le nombre de fois où j’ai eu ce genre de conversation…) Je viens de te découvrir moi aussi, et si tu veux bien je t’adopte 🙂 J’espère que tu te plairas parmi mes favoris 🙂

  4. obni mars 16, 2004 à 11:14

    Sur la Toile, il existe des groupes de discussions fort intéressants pour qui s’intéresse aux langues vivantes. par exemple celui sur anglais-français, les interlocuteurs y sont de grande qualité. Je recommande.

  5. Donia mars 18, 2004 à 5:54

    Bonjour j’ai 15 ans et je voudrai devenir interprete et je souhaite savoir quels sont les fac en france? ou quel est la journée cotidienne d’un(e) interprete?
    Merci d’avance

Les commentaires sont fermés.