J’ai enfin vu Être et avoir (Nicolas Philibert, 2002) ce week-end. Tout s’était ligué contre moi pour que je le rate quand il était à l’écran à Brighton, et donc, après des mois passés à entendre tout le monde me dire qu’il est excellent, je l’ai vu sur DVD.
Il s’agit d’un documentaire qui retrace une année scolaire dans une petite école perdue au milieu des champs auvergnats, où des enfants allant de quatre à dix ans passent leurs journées dans une classe unique sur laquelle règne un maître. Je l’ai beaucoup aimé. C’est un de ces films qui dépassent largement le cadre étroit de leur sujet (comme le réalisateur le dit dans l’un des bonus du DVD). La nature de l’enseignement, la vocation, l’enfance, grandir, la douleur, la tragédie, tout y est.
Les films sont un outil précieux quand on apprend une langue étrangère et je conseille à toute personne apprenant le français de regarder Être et avoir. C’est un film à l’intrigue très simple (le maître enseigne, les enfants ne se rappellent pas quel chiffre vient après six) et aux dialogues souvent ingénus. Je me rappelle l’immense fierté que j’ai éprouvée la première fois que j’ai regardé un film en anglais et que j’ai réussi à comprendre quelques répliques. Cela m’a énormément encouragée. Même si on pense qu’on ne comprend rien, on engrange deux ou trois trucs ci et là, qui finissent par former un système après un certain temps. Un temps iiiiiiiiinfini, dans mon cas, mais ça vaut vraiment la peine de persévérer.

De | 2016-10-18T15:52:07+00:00 22 mars 2004|Culture|3 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

3 Réaction

  1. Antoine mars 25, 2004 à 3:17

    J’ai entendu dire que l’instituteur avait porté plainte contre le réalisateur, Nicolas Philibert, concernant son droit à l’image. Apparemment, ce serait juste une sinistre histoire de sous… L’instituteur réclame de l’argent pour son droit à l’image sur le film et les dvd, et réclame également de l’argent pour avoir dévoilé le contenu de ses cours, comme un droit d’auteur quoi…
    Mesquinerie, quand tu nous tiens…

  2. Antoine avril 1, 2004 à 2:44

    L’instit d'”Etre et avoir” débouté en appel
    La chambre sociale de la cour d’appel de Montpellier a débouté hier Georges Lopez, l’instituteur du documentaire “Etre et avoir” dans le procès qui l’opposait au réalisateur, Nicolas Philibert et à la société des films du Losange. Il réclamait 22500 € de salaire ainsi que des frais, congés payés et dommages et intérêts pour avoir effectué la promotion du film. Un deuxième procès est en cours à Paris, l’instituteur réclamant cette fois-ci 250000 € pour sa participation au tournage…
    cf. Métro du 01/04/2004.
    Antoine

  3. Adeline mai 14, 2004 à 6:48

    Bonjour,
    Comme vous, j’ai bien aimé ce film et, étant professeur de FLE (Français Langue Etrangère, pour les non-initiés), j’ai montré le DVD à mes élèves de Year 12 (équivalent d’une classe de Première en France). Ils ont A-DO-RE! Je les avais un peu aidés en leur mettant les sous-titres en français pour les sourds et malentendants, de manière à ce qu’ils n’en ratent pas une miette.
    Nous avons ensuite étudié plusieurs articles de journaux traitant de l’assignation en justice de l’instituteur et cela a généré un très bon débat sur les droits d’auteur et sur la propriété de l’image.
    Un film que je recommande donc à tous les profs de français!
    Adeline

Les commentaires sont fermés.