Nous sommes en train de regarder la 4ème série de Six Pieds sous Terre. Au cours du deuxième épisode, l’un des personnages mentionne l’origine du mot “formica”. Au début du XXème siècle, on avait besoin d’un nouveau matériau d’isolation plus résistant, plus léger et moins coûteux que celui alors utilisé, et quelqu’un a eu l’idée de créer le stratifié HPL , qui s’est révélé excellent. Il en est venu à remplacer le mica, matériau qu’on utilisait à l’époque ; comme ce nouveau produit était utilisé « à la place » du mica (« for mica »), c’est ainsi qu’on l’a baptisé. Il a ensuite colonisé les cuisines de monsieur et madame tout-le-monde et se tapit sans doute quelque part actuellement, attendant son heure pour revenir à la mode.

De | 2016-10-18T15:51:11+00:00 12 mai 2005|Mots|9 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

9 Réaction

  1. jujuly mai 12, 2005 à 10:02

    Oh, non, le formica n’est plus tapi : son heure est déjà bel et bien revenue…

  2. Abie mai 13, 2005 à 12:34

    Ça alors! J’avoue douter beaucoup de cette étymologie, d’une part parce qu’elle me semble assez capillotractée, mais surtout parce que le Robert me dit :
    Formica : n.m. – 1950 ; nom déposé, d’apr. “formique”.
    Pour l’hypothèse de Six Feet Under, je parierais sur un trait de “folk etymology” particulièrement réussi.
    (http://en.wikipedia.org/wiki/Folk_etymology)

  3. céline mai 13, 2005 à 12:42

    Je doutais aussi de l’explication donnée dans Six Feet Under, c’est pour ça que j’ai consulté le site officiel de la marque formica. Si les créateurs eux-mêmes confirment, c’est que ça doit être vrai, non ?

  4. Either mai 14, 2005 à 1:09

    ça me fait penser à l’origine (supposée) du nom d’un barbiturique assez connu le Gardenal. Lorsqu’il s’est agi de choisir le nom, on a pensé faire allusion au Veronal, la référence en matière de calmants à l’époque. Quelqu’un aurait alors suggéré, pour ancrer la similitude : on a qu’à garder “nal”…
    .
    et puis il y a bien sûr l’origine scotch… (tape pas whisky)

  5. either mai 14, 2005 à 1:11

    *du mot* scotch, bien sûr…

  6. Abie mai 15, 2005 à 7:53

    Céline, merci de me détromper…
    Je fais amende honorable (j’avais cherché sans succès sur le site, un mauvais jour sans doute.)
    Faut-il écrire au Robert?

  7. céline mai 16, 2005 à 5:03

    Abie, tu peux toujours essayer d’écrire à ce bon vieux Robert, je me demande comment il traite les commentaires des utilisatrices/teurs… c’est l’avantage de la wikipedia par rapport aux bons vieux dicos, tu trouves pas ? Avec la wikipedia, si tu repères une erreur ou omission, tu as la possibilité de modifier une définition.

  8. Jean-Paul juin 6, 2005 à 11:41

    THE HISTORY OF FORMICA CORPORATION
    The need to develop a better product has been at the core of Formica since its inception in 1912.
    At that time, powerful, new electrical equipment of the Industrial Age demanded tougher, lighter, less costly insulators.
    A young engineer had an idea that was pretty straightforward: take fabric, coat it with resin while it winds on a spindle into the shape of a tube, slit the tube lengthwise, unroll it, press it flat and then cure it. The result was a laminated plastic material that was tough, light and an excellent electrical insulator. It was easy to see the commercial potential of this new material.
    That engineer s name was Dan J. O’Conor. He was just 31 years old, and he worked for Westinghouse in Pittsburgh as head of the process section of the research engineering department. One of O’Conor’s friends at Westinghouse was Herbert A. Faber, 30, the manager of insulating-material sales. Faber’s engineering training at the University of Cincinnati gave him a technical appreciation of O’Conor’s new insulating material.
    O’Conor filed for a patent in February of 1913. His immediate reward was one dollar the price Westinghouse paid for rights to employees’ inventions. Faber knew of customers eager to buy such material, but Westinghouse wouldn’t let him sell it except to licensed Westinghouse distributors.
    Within weeks, O’Conor and Faber quit Westinghouse to start their own insulator business. O’Conor sought investors. They found what they needed in Walton, Ky., where a lawyer-banker named John G. Tomlin agreed to put up $7,500. He became a silent partner. O’Conor and Faber ran the business.
    The material commonly used in those days for electrical insulation was mica. The new product was a substitute for mica, so that’s what Faber named their new company. (He had no idea that 75 years later, applied to an altogether different product, Formica would be one of the world’s 10 best-known brand names.)

  9. Jean-Paul juin 6, 2005 à 2:55

    Je réponds à une de tes/vos suggestions ici car je n’arrive pas la caser à sa place (cf: formica) écrire au bon vieux Robert.” Je l’ai fait à 3 reprises (mon grand oncle, ARMAND MONTAGNE faisait partie du comité de rédaction) pour leur signaler
    1. qu’on dit UN haltère (pas unE): trouvé dans la rubrique “soulever”
    2. que petit déjeuner s’écrit sans tiret
    3. que je viens de découvrir qu’il manque les pages 2421 /2422 à mon dico!!
    Réponse laconique pour 1 et 2. du genre ah bon? Merci
    Quant à 3, réponse du genre: too bad!” Il aurait fallu que je m’en aperçoive dans les 15 jours suivant l’achat!
    J’ai encore leurs lettres. Je ne risque pas de prendre le temps de leur écrire.
    ps: comment ajouter un commentaire si l’invite Comments/Commentaires ne figure pas?

Les commentaires sont fermés.