Hier, j’ai reçu l’e-mail suivant, envoyé par l’intermédiaire de la page « pour me contacter » de ce site Web.

« Chère Céline,

Je travaille pour la faculté de développement international de l’université de X. Nous sommes en train d’évaluer l’aide dont a besoin le pays X, et recherchons quelqu’un pour prendre en charge la traduction du français à l’anglais de notre rapport. Il s’agit d’un projet urgent ; nous allons recevoir les versions préliminaires des chapitres au cours de la semaine à venir, et nous avons besoin de les faire traduire aussi rapidement que possible.

Si ce projet vous intéresse, je serai ravie de vous donner plus de détails. Mon numéro de téléphone est le xxx xxx xxx.

Bien entendu, nous offrons des tarifs compétitifs. »

Positif :

  • Des clients me trouvent par l’intermédiaire de ce site.
  • Le projet a l’air très intéressant.
  • La cliente semble agréable, organisée et ouverte à la discussion.
  • C’est la première fois qu’un client potentiel tente de m’appâter en parlant des tarifs compétitifs qu’il offre (les clients ont plutôt tendance à exiger des tarifs compétitifs de ma part)

Négatif :

  • Je ne traduis pas vers l’anglais *soupir*
De | 2016-10-18T15:50:49+00:00 8 septembre 2005|La traduction freelance|3 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

3 Réaction

  1. Sylvain septembre 9, 2005 à 12:09

    Justement, moi c’est le “tarifs compétitifs” qui me fait tiquer : si eux proposent à leurs clients des tarifs compétitifs (comprendre “tarifs bas”), alors combien paient-ils leurs traducteurs ?

  2. céline septembre 9, 2005 à 12:15

    Tout est relatif, j’imagine. Les tarifs compétitifs d’une agence de traduction sont très différents des tarifs compétitifs d’un/e freelance. Le tout, c’est de négocier !

  3. julie70 septembre 17, 2005 à 10:15

    Je n’arrive pas laisser des commentaires sur certains anciens textes, je vais donc dire ici: j’ai commencé à lire de plus en plus des “romances” en anglais et moins en français, non pas parce que je n’aime pas la traduction, (c’est très diverse) mais parce qu’on se permet, non seulement de déformer certains passages mais laisser des parties entières à côté, et des parties importantes! J’avais heureusement acheté dans les deux langues et j’étais écoeurée de ce qu’on a fait d’un roman que j’ai aimé et relu plusieurs fois! “Quand le Venus s’en mêle” par Smith en français. Je comprends bien qu’on ne pays pas assez, aussi qu’on n’a pas beaucoup de temps, mais à mécoprendre ainsi un oeuvre!
    j’aime beaucoup ton blog!

Les commentaires sont fermés.