Owl
Chouette chouette
Chouette, adj.
De l’ancien français choeter, faire la coquette, ou de l’italien civetta (femme coquette).
Chouette, n.f.
Diminutif de l’ancien français choue, du latin populaire cawa.
————————
MISE À JOUR
C’est pas une chouette, c’est un hibou !! Ami(e)s des oiseaux nocturnes, je vous prie de pardonner mon ignorance coupable.

De | 2016-06-08T13:34:02+00:00 31 juillet 2006|Mots|3 Comments

À propos de l'auteur:

Celine

Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

3 Réaction

  1. Dominique août 2, 2006 à 9:15

    Je ne peux ajouter de commentaire dans Folly, mais est-ce que le mot ne vient tout simplement pas d’une erreur sur le sens de folie en français, petit bâtiment de plaisance situé dans un parc arboré, à partir du latin folia (feuilles) ?

  2. jean-paul août 7, 2006 à 5:32

    Un début de réponse:
    Dans les théâtres dit à l’italienne, les changements de décors, les effets de machinerie sont destinés à surprendre et émerveiller le public des XVIIème et XVIIIème siècles par des apparitions spectaculaires, disparitions inquiétantes, vols complexes de dieux et de déesses, etc. Si la scène à l’italienne, à partir du XVIème siècle, a été inventée pour l’oeil du Prince (l’ordre idéal de l’espace sur scène renvoie implicitement à un ordre dans la réalité), en France, le décor des fêtes royales et des pièces à machines renvoie, lui, à une réalité : les villes, les jardins, les architectures, construits par Louis XIV, sont agencés sur un principe de symétrie, d’alignement et de rayonnement. Alors que le XVIIème siècle voit triompher une architecture de jardin sobre – “à la française” – avec son parterre de dessin régulier, le XVIIIème siècle rompt avec ce jardin jugé artificiel en mettant en avant le désordre, les rocailles, les vallées torturées, les serpentines, etc. Les paysages sont ornés de “fabriques”, éléments architecturaux ou édifices fantaisistes aux formes et fonctions variées : pavillon, pont, cascade, ruine, grotte, maison de coquillages, rotondes, tours, etc. À l’appellation “fabrique”, les Anglais ont préféré le mot folly pour caractériser ces constructions dont s’ornèrent leurs parcs et jardins. Si ces architectures s’imposent comme des objets décoratifs, à contempler, certaines permettent aux promeneurs de découvrir des endroits abrités pour se protéger du soleil ou des intempéries, des lieux d‘activité ou simplement de repos au sein du jardin.

  3. jean-paul août 7, 2006 à 5:34

Les commentaires sont fermés.