Je viens juste de prendre en charge mon plus gros projet à ce jour : plus de 140 000 mots à traduire pour la mi-juin. J’ai hâte de m’y attaquer : j’ai déjà réalisé un projet pour ce client, et tout s’est très bien passé. Le document était extrêmement intéressant et la chef de projet était agréable, organisée et efficace, ce qui a grandement facilité mon travail.
Quand je dois traduire un grand nombre de mots, j’utilise un tableur pour savoir où j’en suis. Je me fixe des objectifs quotidiens, et que je les atteigne ou non, le tableur me dit combien il me reste à traduire chaque jour jusqu’à mon échéance. Je me demande cependant comment mes collègues s’organisent dans de telles situations. Le seul programme de gestion des projets de traduction dont j’ai entendu parler est Translation 3000. Quelqu’un s’en est-il déjà servi ? Vous en connaissez d’autres ? Ça vaut la peine d’investir ?

De | 2016-10-18T15:50:34+00:00 21 février 2006|Les outils de la traductrice|7 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

7 Réaction

  1. DJ février 22, 2006 à 8:32

    Je veux savoir beaucoup de chose sur argot écrivez moi

  2. jujuly février 22, 2006 à 10:41

    Apparemment, “gestion de projets”, c’est de l’argot pour certains !?
    Pour moi, ça serait plutôt un gros mot. Je suis incapable de gérer le temps que je passe à traduire chaque jour et surtout de me fixer des objectifs quotidiens.
    J’ai la chance de pouvoir choisir mes délais avec mon éditeur, et je demande environ trois mois de délai. Je sais que c’est ce qu’il me faut pour traduire un livre en jonglant avec les trois enfants, l’homme, les escapades, les coups de collier éventuels, les dîners brûlés ou les repas de gala, le ménage et les confitures, les siestes ou les levers tôt… enfin, tout ce qui fait la diversité d’une vie, quoi !
    Compter les mots chaque jour ? Gloups, ça m’angoisserait !
    Mais, tu le sais, Céline… ô comme j’admire les gens organisés… (en fait ça me rend un peu jalouse, je crois. Mais ça, c’est au moins dix ans d’analyse, si je commence à me pencher dessus !)

  3. Bela février 22, 2006 à 11:10

    Quand je traduisais des romans, dans le temps, à Paris, je faisais trois mois de travail en trois semaines: mes voisins faisaient les commissions pour moi et je ne dormais que six heures par nuit. J’ai fait ça pendant plusieurs années (deux fois par an) et je me suis complètement détruit la santé. J’avais l’impression – erronée – que je travaillais mieux ‘sous pression’.
    Plus tard, j’ai eu des ‘deadlines’ tous les deux ou trois jours et j’ai été obligée d’apprendre à me discipliner. De nos jours, comme vous, Céline, je n’ai aucun mal à m’organiser. Du moins, je ‘n’aurais’ aucun mal… si on m’offrait ce genre de gros projets. Comme ce n’est plus le cas, la question ne se pose pas.
    Bon courage! 🙂

  4. céline février 23, 2006 à 7:16

    C’est surtout pour avoir du temps libre de qualité que je tiens à savoir où j’en suis au mot près. Ça me maintient légèrement “sous pression”, comme vous dites Bela, ce qui est loin de me déplaire, d’autant que je m’assure d’avoir le temps de faire mes courses et de prendre du bon temps. Comme ça, je peux avoir des weekends et soirées tranquilles, dans la certitude que je suis à jour et que je n’ai aucune inquiétude à me faire.
    Ma névrose à moi, c’est d’avoir tout sous contrôle, tout le temps, sinon je panique ! Tu crois qu’ils font des prix de groupe pour les analyses, jujuly ??

  5. Abie février 23, 2006 à 9:14

    Tiens, on ne peut plus mettre de comentaires sur les vieux articles, ou c’est moi qui ne suis pas douée?
    J’ai essayé sur l’article du 25 octobre au sujet d’Astérix et je n’ai pas réussi…
    Quoiqu’il en soit, bonne continuation!

  6. céline février 24, 2006 à 7:46

    Je suis malheureusement obligée de fermer le plus de commentaires possible, sinon les spammeurs s’en donnent à cœur joie. Envoie-moi ta contribution par email Abie et je la publierai moi-même.

  7. Abie mars 8, 2006 à 5:29

    Rien de bien important, j’en ai peur : il s’agissait juste de dire à Xavier Kneiss à quel point ses suggestions d’adaptation d’astérix me faisaient rire …
    “Mac Intosh, the waterproof Caledonian” et “O’Deere the Hibernian : c’est vraiment très bien trouvé!

Les commentaires sont fermés.