Vendredi soir, quelques amis et moi avons eu la chance de voir Madeleine Peyroux au Dome, à Brighton. Elle a interprété des chansons de son dernier album, Half The Perfect World, y compris une reprise de « La Javanaise », que Serge Gainsbourg a écrite en 1962. Le javanais est bien entendu une forme d’argot consistant à placer « av » entre les consonnes et voyelles d’un mot. J’ai toujours adoré cette chanson et ses ondoyantes allitérations (dont, et c’est un joli clin d’œil, le son « av »), qui donnent une excellente idée de la maîtrise avec laquelle Gainsbourg manipulait le langage. Je reproduis ci-dessous les paroles de la chanson, pour que vous puissiez à nouveau y goûter ou les découvrir. La vidéo de la reprise de Pauline Croze est là car ces paroles sont aussi délicieuses à entendre qu’à lire.

J’avoue
J’en ai
Bavé
Pas vous
Mon amour
Avant
D’avoir
Eu vent
De vous
Mon amour

Ne vous déplaise
En dansant la Javanaise
Nous nous aimions
Le temps d’une chanson

A votre
Avis
Qu’avons-
Nous vu
De l’amour
De vous
A moi
Vous m’a-
Vez eu
Mon amour

Ne vous déplaise
En dansant la Javanaise
Nous nous aimions
Le temps d’une chanson

Hélas
Avril
En vain
Me voue
A l’amour
J’avais
Envie
De voir
En vous
Cet amour

Ne vous déplaise
En dansant la Javanaise
Nous nous aimions
Le temps d’une chanson

La vie
Ne vaut
D’être
Vécue
Sans Amour
Mais c’est
Vous qui
L’avez
Voulu
Mon amour

Ne vous déplaise
En dansant la Javanaise
Nous nous aimions
Le temps d’une chanson

De | 2016-04-07T20:05:53+00:00 18 décembre 2006|Culture|1 commentaire

À propos de l'auteur:

Celine

Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

Un commentaire

  1. Xavier Kreiss décembre 18, 2006 à 11:29

    Madeleine Peyroux a certainement beaucoup de talent. Et “la Javanaise” est une chanson superbe. Une sorte de déclaration d’amour à la lettre V.
    Ces “v” qui passent comme des caresses: j’avoue, bavé, pas vous, eu vent, de vous, a votre, qu’avons, nous vu, de vous, vous m’a, vez eu,avril, en vain, nous voue, avais, envie, de voir, en vous, la vie, ne vaut, vécue, c’est vous, avez, voulu, etc.
    Essayez donc de traduire ça en gardant ces effets alllitératifs ! Non, je ne me port pas volontaire. Peut-être que quelqu’un comme Gilbert Adair pourrait le faire. Après tout, il a bien traduit “La Disparition” de Georges Perec.
    Quant aux interprétations, je trahis sans doute mon âge en disant que celle de Juliette Gréco est celle que je préfère. Quel charme, quelle voix ! De quoi provoquer des troubles de la tension artérielle. Et dire qu’elle aura 80 ans l’an prochain!

Les commentaires sont fermés.