J’ai passé la majeure partie de la semaine dernière à faire l’interprète dans la magnifique ville de Rouen. En fait, ce n’est pas tout à fait vrai ; non seulement j’ai fait l’interprète au cours de réunions et dîners de travail, mais j’ai aussi dû enfiler un polo bleu et rejoindre l’équipe du bus Rethink Rubbish (une mission de sensibilisation aux déchets de l’East Sussex County Council.
rrbus
Comme je traduis leurs documents depuis deux ans, et que je leurs sers d’interprète durant leurs réunions, mes clients pensaient que je connaissais assez bien leur travail pour les aider à apporter leur message aux Français.
Nous avons visité plusieurs écoles de l’agglomération, où nous avons enseigné aux enfants comment recycler, réduire, réutiliser et composter par le biais de jeux et de conversations avec eux. Ce n’était donc pas à proprement parler de l’interprétariat, vu que j’ai dû faire preuve d’initiative et aider les enfants à bien utiliser les activités tout en traduisant les explications et instructions de mes clients. Samedi, le bus était dans le centre de Rouen, où nous avons encouragé le grand public à venir nous voir. Nous disposions des mêmes ressources, mais j’ai fait encore moins appel à mes clients, vu que de nombreuses personnes sont venues nous parler. À ce stade de notre séjour, j’étais capable de répondre à la plupart de leurs questions sans passer par les personnes qui travaillent normalement dans le bus.
Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, vu que je n’avais jamais rien fait de tel auparavant, mais j’ai passé une excellente semaine ; mes clients sont d’excellente compagnie, et je ne me suis pas ennuyée une seconde. J’ai aussi eu pas mal de temps libre, ce qui m’a permis de découvrir Rouen, une magnifique ville imprégnée d’histoire, et en particulier d’histoire anglo-française : c’est à Rouen que les Anglais ont brûlé Jeanne d’Arc. Plus de 500 ans plus tard, ils sont revenus pour convaincre les Français de ne pas incinérer toutes leurs ordures. Ironie, quand tu nous tiens…
Moment marquant : celui où j’ai convaincu une des partenaires françaises que mon tee-shirt était fait à partir de bananes recylées.
Moment à oublier : celui où j’ai (mal) traduit « ris de veau » (après avoir consulté plusieurs Français à notre table, vu que je n’étais pas sûre de ce que c’était) en veal’s brains (cervelle de veau), à la plus grande horreur des Anglais présents. Il ne s’agit pas de cervelle de veau ; les ris de veau sont en fait une glande du veau appelée thymus. Je ne sais pas si c’est beaucoup mieux.

De | 2016-10-18T15:50:24+00:00 5 juin 2006|Interprétariat|7 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

7 Réaction

  1. Bela juin 6, 2006 à 2:55

    C’est délicieux le ris de veau (la cervelle aussi – surtout celle d’agneau). Je m’étonne que vous disiez que c’est aussi le pancréas; c’est, je crois, seulement le thymus, qui se trouve à la base du cou et disparaît à mesure que l’animal grandit. C’est pourquoi il n’existe pas de ris de boeuf.

  2. céline juin 6, 2006 à 7:43

    Oui, moi j’adore ça le ris de veau, mais on avait deux végétariens à table, donc ça les a un peu choqués. C’est sur un site anglais que j’ai trouvé que le ris de veau était fait à partir de pancréas, mais c’est vrai que les sites français ne mentionnent que le thymus, vous devez donc avoir raison.

  3. jujuly juin 6, 2006 à 9:39

    Il existe aussi un ris de veau pour végétariens et âmes sensibles, mais pour cela, il faut aller dans un champ, trouver un veau, lui raconter une histoire drôle et manger son rire.
    Plus délicat…
    (Mais pauvre en calories).

  4. sof frankenstein juin 6, 2006 à 12:29

    je suppose que dans ces cas-là il vaut mieux faire une vague traduction, style “cou de veau”, le temps de les laisser gouter… un grand moment de solitude apparemment…

  5. Ken Broadhurst juin 6, 2006 à 2:28

    The English translation for “ris de veau” is “sweetbread”. The Collins dictionary gives “pancreas (stomach sweetbread) or the thymus gland (neck or throat sweetbread) of an animal, used for food” as the definition of “sweetbread”.

  6. Bela juin 8, 2006 à 4:25

    Well, the definition of ‘ris’ in the Petit Robert (one of the most reputable French dictionaries) reads: ‘Nom donné au thymus du veau, de l’agneau et du chevreau; plat apprécié.’ I’ve never heard of ‘ris’ having anything to do with the pancreas, and since I think it’s more commonly eaten in France than in the UK and since we’re talking about ‘ris’ not about ‘sweetbread’ I would be inclined to believe the French definition.
    Offal in general is very tasty. The Brits (even those who aren’t vegetarian) are too squeamish to appreciate it, these days.

  7. Bela juin 8, 2006 à 4:10

    PS. What I meant to say (I don’t know whether I expressed myself clearly enough) was that ‘sweetbread’ may have an extra layer of meaning that doesn’t apply to ‘ris’. To find out the ‘exact’ meaning of a French word you need to look it up in a French dictionary. Looking up its English translation will not always yield a satisfactory definition. Obviously, this can only be done by people with an adequate knowledge of French. The others have to make do with whatever their French-English dictionary tells them.
    Btw, the Larousse agrees with its rival.

Les commentaires sont fermés.