halcyon

Une période du passé où régnaient un bonheur et une paix idylliques. L’alcyon est un oiseau mythique qui, selon d’anciens auteurs, se reproduisait dans un nid flottant en mer au moment du solstice d’hiver ; il avait le pouvoir de calmer le vent et les vagues.
Oxford dictionary of phrase and fable

Alcyon vient du mot grec halkyon, variante d’alkyon (martin-pêcheur), qui vient lui-même de háls (mer, sel) et de kyôn (concevoir).
J’ai choisi de traduire In those halcyon days when… par « À l’époque heureuse où… »

De | 2016-04-08T13:40:52+00:00 19 octobre 2007|Expressions idiomatiques|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. Solveig octobre 19, 2007 à 5:10

    On pourrait penser aussi à l’expression “l’âge d’or”…

  2. jean-paul octobre 20, 2007 à 6:15

    Oui et aussi : “en ces temps heureux” “Au temps béni de…” “Ces jours heureux jalonnant ma jeunesse..” “Jours de bonheur”
    Temps heureux, temps aimés ! Mes mains alors peut-être,
    Mes lâches mains, pour vous auraient pu s’occuper ;
    Mais aujourd’hui pour qui ? dans quel but ? sous quel maître ?
    L’artiste est un marchand, et l’art est un métier.
    Alfred de Musset
    Les vœux stériles
    Viendront ces jours bénis, d’une vieillesse heureuse,
    Où vous aurez le temps, de promener le soir,
    Et non comme ces gens, à l’âme cahoteuse,
    Abandonnant leur chien, sur les routes sans trottoirs.
    Sans oublier:
    1. Longs jours alcyoniens, qui bercent comme un hamac d’une nuit à l’autre, la face sans cesse renversée contre le ciel trop nostalgique, trop tendre − journées emportées comme les palmes d’un atoll, toutes fondues, toutes dociles dans le grand flux terrestre à la fraîcheur fondamentale.
    J. GRACQ, Un Beau ténébreux, 1945, p. 8

  3. céline octobre 20, 2007 à 10:58

    Très bonnes suggestions. Comme toujours en traduction, plusieurs choix étaient possibles et c’est le rythme de la phrase qui a déterminé le mien.

  4. Bénédicte octobre 20, 2007 à 11:52

    En grec moderne “oi alkyonides meres” désignent des journées douces et printanières en plein coeur de l’hiver. Phénomène qui se produit tous les ans courant janvier ou février. Le retour à la froidure est toujours brutal!

  5. Dominique octobre 27, 2007 à 7:22

    Comment ne pas songer à la Jeune Tarentine ! Cela a bercé des générations de bacheliers et ce n’est plus trop à la mode.
    Pleurez, doux alcyons, ô vous, oiseaux sacrés,
    Oiseaux chers à Thétis, doux alcyons, pleurez!
    http://www.udel.edu/braun/poetry/chenier.html

Les commentaires sont fermés.