New York cherche à imposer une interdiction volontaire du « mot qui commence par N »
Ce mot est bien entendu « nigger » (nègre), qui est considéré comme la pire insulte possible aux USA en raison de son association avec l’esclavage des Noirs et la ségrégation dans les États du Sud.

Certains affirment qu’utiliser ce terme dans les paroles de chanson atténue son pouvoir et que récupérer une insulte et lui conférer une nouvelle signification la purge de son venin.
Comrie n’est pas d’accord et dit qu’il est impossible d’oublier l’histoire longue et douloureuse de ce mot.

De | 2016-04-08T13:54:46+00:00 2 mars 2007|Langage|2 Comments

À propos de l'auteur:

Celine

Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

2 Réaction

  1. Gertrude mars 3, 2007 à 10:18

    Pourquoi ne pas revoir la condamnation du mot dans un cadre à caractère raciste? Interdire un mot revient à de la censure. Je ne suis pas certaine que refouler puisse être le meilleur moyen de soigner le mal. D’autant plus que les limites sont plutôt nébuleuses: “The city council’s symbolic resolution condemns all but historical uses of the word (…)” Quid du culturel? Va-t-on beeeper tous les films populaires où le mot serait prononcé (exit les Tarantino, Scorcese & co)? Va-t-on censurer l’humoriste qui pratique la dérision? Bref, comment exorciser un symbole qu’on décide de nier?

  2. céline mars 6, 2007 à 7:07

    Comme je l’avance du côté anglais de ce blog, je pense que cette initiative basée sur le volontariat (donc pas de censure à proprement parler) a le grand mérite de faire réfléchir les gens à leur utilisation du langage. C’est déjà beaucoup ! Maintenant, je suis d’accord avec toi, la censure du langage ne risque pas de mener à un changement de mentalité, ça serait trop facile…

Les commentaires sont fermés.