Que la blogosphère est petite. J’avais un doute quant aux situations où il est nécessaire d’élider « lorsque » (« lorsqu’Arnold » ou « lorsque Arnold » ?), (dites, c’est lundi, j’espère que vous ferez preuve d’indulgence), alors j’ai fait une petite recherche, qui m’a menée sur cette page extrêmement utile sur l’élision, qui m’a rappelé que « lorsque »

n’est élidé que devant les mots suivants : il, ils, elle, elles, on, en, un, une. « Lorsqu’il fait froid », mais « lorsque arrive l’hiver, lorsque à ce jour ».

Impressionnée par la clarté et la concision de ce petit cours de grammaire, je suis allée sur la page d’accueil du site et j’ai été ravie de constater qu’il appartient à l’auteur d’un de mes blogs préférés. Merci pour ton aide aujourd’hui Dominique !

De | 2016-10-18T15:49:56+00:00 14 mai 2007|Le coin technique|3 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

3 Réaction

  1. Geneviève mai 15, 2007 à 9:14

    Je me posais la même question! Un gros merci pour un autre lien fort utile.

  2. Michèle mai 21, 2007 à 2:43

    J’ai également dû faire cette recherche. Avec le Grevisse, c’est toujours une expédition ! A ce sujet, il indique que l’élision peut être marquée dans tous les cas (selon la Grammaire de l’Académie). D’autres grammairiens indiquent les restrictions que tu as citées, d’autres encore ajoutent ainsi à la liste. Selon Grevisse, ces restrictions ne sont pas justifiées “mais il faut reconnaître qu’elles sont observées par beaucoup d’écrivains”. Ouf !
    Je suis moi aussi traductrice.

  3. Dominique mai 22, 2007 à 2:31

    Merci pour les remerciements. Il y a pourtant un lien sur mon blogue et une catégorie consacrée au site, mais on ne peut tout voir surtout dans mon fouillis…

Les commentaires sont fermés.