mozzie
J’ai appris quelque chose hier soir en regardant University Challenge : le mot « malaria » vient de l’italien mala (mauvais) + aria (air). On pensait autrefois que cette maladie était causée par l’air vicié des marais.
P.S : je ne regarde jamais University Challenge car je ne supporte pas l’humiliation de ne jamais parvenir à répondre à plus d’une ou deux questions. Il s’agit d’un quiz télévisé où des étudiant(e)s brillant(e)s se creusent la cervelle pour répondre à des questions telles que « Quel type d’objet est le produit final d’une étoile de moins de 4 masses solaires ? » tandis que le présentateur leur intime, d’un ton hargneux : « ON SE DÉPÊCHE Cambridge, c’est facile ! ». J’attendais que commence le nouveau programme de cuisine de Nigella Lawson, qui est beaucoup moins intimidante que Jeremy Paxman.

De | 2016-04-08T14:00:21+00:00 4 septembre 2007|Mots|4 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

4 Réaction

  1. Bruno septembre 5, 2007 à 4:46

    Pffff, c’est trop fastoche ! Le produit final d’une étoile de moins de 4 masses solaires (Ms) ? Ben ça dépend… En dessous de 1,4 Ms (dite “Limite de Chandrasekhar”), l’étoile devient une naine blanche. Au-dessus de 3 Ms, elle finit en trou noir. Entre les deux: une étoile à neutrons. Vive Wikipedia ! 🙂

  2. Jenny septembre 5, 2007 à 8:08

    Et l’autre nom de la malaria, le “paludisme”, vient du mot latin “palus”= marais.

  3. céline septembre 6, 2007 à 8:12

    Jenny : intéressant !
    Bruno : frimeur !

  4. Gertrude septembre 7, 2007 à 2:23

    University Challenge… N’est-ce pas cette émission où la caméra “zoom in” violemment sur les candidats qui répondent ? Tiens, ça me rappelle que nous avions une émission qui s’appelait Génies en herbe en francophonie.

Les commentaires sont fermés.