Je viens de recevoir un email commençant ainsi :

Cher traducteur,
Nous recherchons des traducteurs ayant l’expérience de textes de l’UE et d’organismes officiels dans le cadre d’un appel d’offres pour l’UE. Le projet consiste en la relecture de textes de l’UE générés par un programme de traduction automatique.

J’ai arrêté là ma lecture. J’espère que ce type d’offre ne laisse pas présager le rôle futur des traductrices et traducteurs. Passer mes journées à transformer la prose infâme d’une machine en français décent, pour un salaire de misère ? Non merci.

De | 2016-04-08T13:50:40+00:00 22 février 2007|La traduction freelance|9 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

9 Réaction

  1. Audrey février 24, 2007 à 2:43

    Et bien, si l’UE s’y met, l’avenir est morose pour les traducteurs non specialises en litterature.
    En plus, quelle perte de temps et quel gachis de talents et de savoir-faire! Passer deux fois plus de temps (et pour un salaire divise de moitie) a s’arracher les cheveux devant un texte mal ecrit qu’on aurait tres bien pu traduire soi-meme…
    Reste a esperer que tous les traducteurs qui recevront cet email feront comme toi et le mettront directement a la poubelle.
    Un seul mot: RESISTONS!

  2. Abie février 25, 2007 à 4:45

    Punaise, quel enfer, comme travail, et quel toupet de demander!

  3. Gen février 25, 2007 à 2:26

    Faudrait faire savoir à ce type de client que ça coûterait moins cher de nous demander de le traduire comme il se doit, dès le départ… je sens que mes tarifs vont s’accroître mystérieusement sur réception de telles requêtes!

  4. Gertrude février 26, 2007 à 1:22

    On croyait à une époque que seuls les métiers des secteurs primaire et secondaire pouvaient être remplaçables par des machines. On se rend compte que tout s’automatise, même les services, quand il ne s’agit pas de outsourcing bas de gamme. Je ne suis pas traductrice (bien qu’il me soit parfois demandé de faire des travaux d’adaption), mais j’imagine qu’il y aura toujours quelques jeunes traducteurs frais, candides et bon marché pour accepter de huiler les rouages de ce système au grand dam de leur propre avenir.

  5. Débutant mars 8, 2007 à 11:22

    Je viens de lire cette petite discussion et je me suis précipité pour le montrer à mes collègues
    (je suis étudiant en Master d traduction spécialisée) et du coup ça nous a cassé le moral.
    En plus c’est bientôt les concours….
    Je pense que ceux qui font recours à une forme plutôt automatisée de la traduction
    ne connaissent pas vraiment le travail à faire.

  6. céline mars 8, 2007 à 11:28

    Bon, je vais essayer de vous remonter le moral, alors : j’ai envoyé un email à l’agence en question disant que si jamais ils obtenaient le contrat et s’ils voulaient que je bosse avec eux, ils devraient payer mon tarif de traduction, qui est beaucoup plus élevé que le tarif normalement demandé pour la relecture. Je comptais ainsi me débarrasser d’eux et leur faire comprendre que nous les traducteurs, on n’aime pas passer après les machines, mais à ma grande surprise, ils ont accepté !

  7. Un Wikipédien janvier 24, 2009 à 3:54

    On accuse souvent Wikipédia d’être peu exigeant pour ses articles; voici tout de même l’avertissement que nous envoyons quand une traduction automatique nous parvient:
    «Merci de votre contribution à l’encyclopédie, cependant, l’usage de traducteurs automatiques pour créer ou enrichir des articles n’est pas recommandé sur Wikipédia, en raison du nombre d’erreurs qui peuvent être mal corrigées, du temps nécessaire à la correction et en général du caractère illisible des pages générées par ce moyen.»
    C’est maintenant un automatisme chez les administrateurs: ils suppriment toute traduction automatique dès qu’elle est signalée. On pensait au début qu’une traduction automatique c’était toujours quelque chose et qu’il suffisait de polir le style, mais j’ai assez montré, exemples à l’appui, que ce genre de travail contenait des erreurs (que celui qui ne connaissait pas la langue ne remarquait pas) et des non-sens (que l’on se contentait de supprimer, alors que la phrase qu’ils étaient censés traduire était essentielle à la logique du texte).
    Je me permets de conseiller à un traducteur, s’il recevait un message analogue à celui auquel vous faites allusion dans votre message du 22 février 2007, de faire remarquer que Wikipédia, qui repose pourtant sur le bénévolat, attache plus d’importance à la qualité du travail.

  8. Un Wikipédien janvier 29, 2009 à 10:57

    Voici ce que j’aurais envie d’envoyer si je recevais une offre pareille:
    Je me demande si vous avez une idée ce que vous me proposez. Vous vous imaginez sans doute que la traduction automatique remet un texte compréhensible mais dont le français ne respecte pas tout à fait les règles de grammaire, au point qu’il suffit d’une légère toilette pour avoir quelque chose de parfait. Eh bien voici comme exemple la synopsis en allemand de Wikipédia pour le film «Le Clan de la caverne des ours» (http://de.wikipedia.org/wiki/Ayla_und_der_Clan_der_B%C3%A4ren); regardez ce que donne la traduction automatique de Google (http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=de&u=http://de.wikipedia.org/wiki/Ayla_und_der_Clan_der_B%25C3%25A4ren&sa=X&oi=translate&resnum=1&ct=result&prev=/search%3Fq%3DAyla%2Bund%2Bder%2BClan%2Bder%2BB%25C3%25A4ren%26hl%3Dfr%26safe%3Doff%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official%26hs%3D1gU), et dites-moi si vous y comprenez quelque chose. Franchement, au lieu d’essayer de corriger un pareil charabia, j’aurais plus vite fait de traduire directement… au tarif habituel bien sûr. Veuillez agréer etc.
    P.S. Si vous ne vous y retrouvez pas, consultez donc l’article en français. Vous y trouverez une traduction… humaine.

  9. céline janvier 29, 2009 à 11:04

    Le problème, c’est que de nombreux clients ignorent tout de la traduction et ne se rendent pas compte de la difficulté de notre travail. Je préfère donc être gentille et leur expliquer poliment la situation.

Les commentaires sont fermés.