Un peu d'humour pour démarrer la semaine : un article d'Emma Jane Kirby, entendu dimanche sur Radio 4 et retrouvé sur le site de la BBC, compare les attitudes des Français et des Britanniques face aux problèmes de santé. Il note qu'en France, le déficit de la sécurité sociale est en train de provoquer une « anglicisation » du système, actuellement très coûteux : « la sollicitude et la prévenance sont en train de laisser la place à une approche moins complaisante ; de « Il a bobo le monsieur ? », on est en train de passer à « Rentrez chez vous et arrêtez de faire l'enfant ». »

La fin de l'article est très drôle :

Il y a deux ans, je faisais du ski dans les Alpes après une éprouvante mission en Afghanistan quand je remarquai que j'avais les jambes couvertes de petites taches rouges et que je me sentais léthargique. Avais-je enfin contracté le fameux syndrome des jambes lourdes ?

« Non ! » me dit mon médecin français d'un ton inquiet, « Vous êtes atteinte d'une maladie tropicale, vous devez vous rendre à l'hôpital immédiatement. »

Amusée par un tel élan de sollicitude bien français, je pris un comprimé de paracétamol et repartis sur les pistes.

Deux jours plus tard, j'étais en chambre d'isolement dans un hôpital de Londres, plongée dans un délire provoqué par une fièvre de cheval et couverte d'énormes grosseurs noires. Terrorisée à l'idée d'apprendre le résultat de mes tests, je ne pouvais m'empêcher de hurler de douleur.

Alertée par mes cris, une infirmière au visage protégé d'un masque apparut à ma porte.
« Non mais c'est quoi ce bruit ? » me dit-elle sur un ton brusque. « On vous croirait à l'article de la mort ! La lèpre, ce n'est quand même pas si terrible que ça, d'autant que le diagnostic n'est pas encore formel. »

De | 2016-04-07T20:05:43+00:00 15 décembre 2008|Culture|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. Michel décembre 15, 2008 à 6:12

    Je prends plaisir à vous lire régulièrement : merci pour votre beau blog.
    Ici, vous écrivez : “…un article d’Emma Jane […]. Il note qu’en France …”. J’aurais plutôt écrit “Elle note”, pensant que c’est l’auteur et non l’article qui note. Aurais-je commis une faute ?

  2. Nico décembre 15, 2008 à 6:21

    Comment dit-on déjà ?
    Ha oui… No comment !

  3. céline décembre 15, 2008 à 7:58

    Michel : “L’article” étant le sujet de “comparer” dans la phrase précédente, je pense qu’il est plus clair de le garder au lieu de passer à “Elle”, qui ferait référence à un COI quelque peu en retrait. Mais je vois très bien ce que vous voulez dire et il se pourrait bien que j’essaie de reformuler tout ça.

  4. Jef Tombeur décembre 18, 2008 à 2:23

    Hmm… le problème c’est qu’un article peut effectivement consigner des faits, mais les noter ? Entre D minus et A plus, sur dix, sur vingt ? En école de journalisme, je vous corrigeais pour avoir dérouté le lecteur et donc avoir retardé sa lecture (plus il lit vite, mieux il peut s’attarder sur les publicités, n’est-il pas ?). 😉

  5. céline décembre 18, 2008 à 8:32

    L’un des sens de « noter » n’est-il pas « remarquer » ? Maintenant, allez cliquer sur les pubs à droite !

Les commentaires sont fermés.