Quand on me demande ce qui me plaît le plus dans mon métier de traductrice indépendante, je cite toujours la liberté que cette carrière me confère. Non seulement je suis ma propre patronne, mais je suis aussi capable de travailler n’importe où dans le monde entier ; je ne suis obligée de rester nulle part. En huit ans, j’ai choisi de ne pas profiter de cette liberté de mouvements, car j’habite dans une ville que j’adore. Pourquoi changer ?
À présent, pour des raisons exclusivement personnelles, j’ai choisi d’aller habiter à Leeds. Ceci étant un blog professionnel, je vais parler des conséquences de cette décision sur mon activité (il me faudrait un tout nouveau blog pour expliquer ce que je ressens à l’idée de quitter ma chère Brighton et ses merveilleux habitants). C’est on ne peut plus simple : il me suffit d’envoyer les nouvelles coordonnées de Naked Translations Ltd à mes clients et de notifier Companies House. De toute manière, je reçois très peu de courrier ; mon travail m’est envoyé par email et la plupart de mes factures sont payées par virement électronique. Et c’est tout.
Ne pouvant pas supporter l’idée de travailler toute seule depuis chez moi, mon principal souci était de trouver un bureau partagé à Leeds. Nous avons donc passé quelques jours à Leeds la semaine dernière pour chercher un appartement et un endroit où travailler. J’ai eu le plaisir de trouver un bureau partagé dans un bâtiment tout neuf ; il est clair, très agréable et ne compte que six occupants, mais la responsable m’a assuré que dès qu’il sera plein, il leur sera facile d’enlever le mur qui le sépare du bureau d’à côté pour créer un plus grand espace. Je suis ravie d’avoir trouvé un endroit où travailler et faire des connaissances, mais je sais que mes collègues actuels, une bande hétéroclite de gens drôles, sympas et intelligents, vont terriblement me manquer.
J’ai commencé à me préparer pour ma nouvelle vie dans le nord en téléchargeant Northern Word.
Le menu est assez différent :
nword
C’est aussi le cas des alertes :
nword2
Drôlement utile. Ensuite, il va falloir que je m’endurcisse et que j’apprenne à me balader en tee-shirt par une température polaire ; ce n’est pas une légende ! Je les ai vus, de mes yeux vus !

De | 2016-10-18T15:49:29+00:00 3 mars 2008|La traduction freelance|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. Elisabeth mars 4, 2008 à 1:11

    haha! Ici à Reykjavik certains marchent en petites baskets en toile sur les 10 cm de neige/glace, et jusqu’en décembre j’ai vu des intrépides en sandales. La pluie n’a pas l’air de beaucoup les déranger non plus, on dirait qu’ils préfèrent se mouiller avec leur petit sweat-shirt à capuche, c’est tellement plus branché! On n’est (naît) viking ou on l’est pas!

  2. Audrey mars 4, 2008 à 2:25

    Bon courage pour les cartons et bienvenue dans le Nord!

  3. Botica mars 8, 2008 à 9:21

    Je crois bien que ma motivation pour tenter ce nouveau métier, c’est avant tout cette liberté.
    Et pour moi cela veut justement dire travailler depuis chez moi, aussi bien par misanthropie, que pour limiter au maximum les coûts.
    Pour l’instant je vis dans une région rurale que je ne souhaite pas quitter, mais j’ai des solutions de repli, en famille, (et toujours à la campagne) si les choses tournaient mal. Envisager de travailler en ligne n’est pas une difficulté pour moi.
    Ayant dans ma jeunesse beaucoup déménagé, je sais que ça a des côtés difficiles, mais je pense que dans ce métier on trouve des personnes qui s’adaptent facilement. Je te souhaite donc une agréable nouvelle vie.
    Et surtout bravo pour ce blog si intéressant et si bien rédigé !

  4. Gene mars 8, 2008 à 9:43

    Et où peut-on se procurer cette fantastique adaptation de l’interface? Tenez-nous au courant de vos trouvailles, j’ai toujours eu de la difficulté à comprendre cet accent particulier de l’anglais Anglais. 🙂

  5. céline mars 9, 2008 à 1:34

    Vous n’êtes pas la seule à avoir du mal à comprendre l’accent du nord, ça va pas être triste à Leeds. On m’a envoyé « Northern Word » dans un email, faites une recherche sur google et vous devriez le trouver sans problème.

Les commentaires sont fermés.