Vous savez si cette expression anglaise a un équivalent en français ? En général, les expressions idiomatiques étant une forme de sagesse populaire dont la source est commune à la plupart des pays européens (la Bible, la littérature latine et grecque), la plupart des proverbes et dictons anglais se retrouvent en français, souvent sous une forme identique, mais là, j’ai beau me creuser la cervelle, aucune traduction satisfaisante ne me vient. C’est d’autant plus étrange que son origine latine en fait une candidate idéale pour une adaptation en français :

Latin gaudium est miseris socios habuisse penarum, il est réconfortant pour les malheureux d’avoir des compagnons souffrant des mêmes peines.

1349 R. Rolle Meditations on Passion dans C. Hortsmann Yorkshire Writers (1895). I. 101 It is solace to haue companie in peyne.

Oxford Dictionary of Proverbs

À l’aide !

De | 2016-04-08T13:40:51+00:00 3 janvier 2008|Expressions idiomatiques|20 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

20 Réaction

  1. Julie janvier 4, 2008 à 2:11

    N’y a-t-il pas une expression du genre “peine partagée est peine apaisée” ou “peine partagée est moins lourde à porter”? Il me semble qu’on s’exclame toujours “Ah, tu sais, peine partagée…”, mais que jamais rien ne suit. Comme si tout le monde connaissait la suite!

  2. céline janvier 4, 2008 à 10:02

    Ça c’est plutôt l’équivalent de « a problem shared is a problem halved », autrement dit, parler de ses problèmes réconforte. Avec « misery loves company », on est dans l’idée que c’est la compagnie d’autres personnes souffrant de maux similaires qui aide, pas forcément le fait d’en parler.
    Mais merci d’avoir essayé ! Du côté anglais, Maria propose une citation de Montherlant qui correspond parfaitement, même si ce n’est pas un proverbe : « Le malheur ne peut se consoler qu’avec le malheur des autres. »

  3. jean-paul janvier 4, 2008 à 10:09

    En effet, Julie! J’ai trouvé: “Joie partagée est doublée. Peine partagée est divisée.”

  4. jean-paul janvier 4, 2008 à 10:19

    Bien vu, Céline. “Peine partagée est divisée” signifie, en effet, que parler aux autres de ses problèmes soulage.

  5. jean-paul janvier 4, 2008 à 10:34

    Allez, je tente:
    “Peine d’autrui soulage de sa peine.”
    Voyons ce que proposeront d’autres fans du blog de Céline.

  6. jean-paul janvier 4, 2008 à 12:49

    “Le malheur d’autrui nous console de notre propre malheur” (Lucien de Samosate).

  7. céline janvier 4, 2008 à 2:05

    Joli !

  8. sam janvier 4, 2008 à 4:27

    “Un malheur n’arrive jamais seul”

  9. céline janvier 5, 2008 à 5:35

    Sam, j’ai bien peur que le site dont tu donnes le lien ne fasse erreur. « Un malheur n’arrive jamais seul » veut dire que les problèmes ont tendance à se succéder, ce qui n’est pas le cas de « misery loves company ».

  10. frédéric janvier 9, 2008 à 11:28

    Bonjour, je suis traducteur littéraire et je lis vos chroniques depuis plusieurs années mais je n’étais jamais intervenu. J’ai trouvé une proposition, certes peu usitée, dans Le Bouquet des expressions imagées de Claude Duneton (page 256). “le réconfort d’être malheureux”, sous-entendu d’avoir des semblables. A mon tour de vous soumettre deux expressions avec lesquelles je m’escrime depuis des années. Je désespère de dénicher des équivalent imagés pour “wild goose chase” et “barking up the wrong tree”.

  11. céline janvier 9, 2008 à 11:46

    Comment on dit « delurker » en français ? Enchantée de vous voir sortir de la cyberombre !
    Je vais réfléchir à « wild goose chase » et « barking up the wrong tree »…

  12. jean-paul janvier 9, 2008 à 12:50

    wild goose chase: mettre quelqu’un sur une fausse piste (selon contexte)
    barking up the wrong tree: faire fausse route

  13. frédéric janvier 9, 2008 à 1:16

    Merci, mais je suis en quête d’une image, au-delà du sens…

  14. jean-paul janvier 9, 2008 à 1:23

    courir le mauvais lièvre pour barking up the wrong tree

  15. frédéric janvier 9, 2008 à 1:32

    Merci! Voilà qui m’enchante. D’ailleurs, on se situe presque à mi-chemin des deux expressions en anglais.

  16. jean-paul janvier 12, 2008 à 8:46

    wild goose chase. Si l’on veut une image avec un animal >> “envoyer à la chasse au dahu/dahut.”

  17. jean-paul janvier 13, 2008 à 8:57

    wild-goose chase. Aussi >> envoyer courir au diable

  18. Isabelle janvier 24, 2008 à 4:07

    Il fait bon raconter ses malheurs.

  19. Davis mars 4, 2008 à 3:15

    je découvre votre site avec enchantement! j’essayais justement de traduire : if misery loves company, Britain’s livestock farmers must be over the moon…
    la conjonction des deux expressions rend la tâche
    quelque peu délicate !
    merci de vos suggestions !
    Anne Fançoise

  20. céline mars 4, 2008 à 4:20

    Allez, je tente : « L’infortune d’autrui réconfortant le malheureux, les éleveurs de bétail britanniques doivent se sentir sacrément soulagés. »
    Le début est inspiré d’une suggestion de Jean-Paul sur la face anglaise de ce billet.

Les commentaires sont fermés.