Un lecteur m’a demandé si la Plain English Campaign affecte mon quotidien de traductrice. Ce mouvement prône l’utilisation d’une langue claire dans tous les documents administratifs afin que tout le monde puisse comprendre les importantes informations qu’ils contiennent. AskOxford donne un très bon exemple :

Original: In the event of your being evicted from your dwelling as a result of wilfully failing to pay your rent, the council may take the view that you have rendered yourself intentionally homeless and as such it would not be obliged to offer you alternative housing.

Plain English: If you are evicted from your home because you deliberately fail to pay your rent, the council may decide that you have made yourself intentionally homeless. If this happens, the council does not need to offer you alternative permanent housing.

Bien que ce mouvement recommande d’utiliser des mots simples et d’éviter les mots d’origine latine, pour lesquels j’ai une tendresse toute particulière, je pense que, dans le contexte précis de documents de communication administratifs, c’est un réflexe raisonnable : notre société ne peut fonctionner correctement que si tous ses membres, quel que soit leur niveau d’éducation, comprennent sans problème les communications du gouvernement.
Il n’a en rien affecté mon activité : le style de mes traductions est dicté par le texte source et les instructions de mes clients. Certains textes doivent être rédigés dans une prose claire et concise (les manuels d’utilisation d’une imprimante, par exemple), mais la majorité des traductions que je prends en charge nécessitent de la créativité et un style enjoué et dynamique visant à capter l’attention du lectorat, pas seulement à l’informer.
La campagne décerne des prix Golden Bull aux passages les plus obscurs ; voici certains des gagnants de 2007 :
« Moving forwards, we as Virgin Trains are looking to take ownership of the flow in question to apply our pricing structure, thus resulting in this journey search appearing in the new category-matrix format. The pricing of this particular flow is an issue going back to 1996 and it is not something that we can change until 2008 at the earliest. I hope this makes the situation clear. »
– Virgin Trains for a letter about problems booking online
« Passenger shoe repatriation area only »
– BAA for a sign at Gatwick Airport

« Every Autumn a combination of leaves on the line, atmospheric conditions and prevailing damp conditions lead to a low adhesion between the rail head and the wheel which causes services to be delayed or even cancelled. NI Railways are committed to minimising service delays, where we can, by implementing a comprehensive low adhesion action programme. »

– Translink for a sign at Coleraine railway station

De | 2016-10-18T15:49:20+00:00 12 décembre 2008|Langage|4 Comments

À propos de l'auteur:

Celine

Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

4 Réaction

  1. Gustave janvier 24, 2009 à 6:02

    Voilà qui me rappelle qu’un jour j’ai relu la traduction en français d’un formulaire administratif allemand. La traductrice m’avouait qu’elle ne comprenait rien à une des questions; après m’être cassé la tête à mon tour j’ai essayé en désespoir de cause de demander la phrase sur Google, et je l’ai effectivement retrouvée sur un forum où une brave dame implorait du secours: «Je dois remplir un formulaire, disait-elle, et je n’ai pas la moindre idée de ce que veut dire une des questions» et c’était précisément la phrase sur laquelle nous séchions. Les réponses se partageaient; la plupart disaient: «Je n’y comprends rien moi non plus», deux forumeurs avaient tout de même essayé de donner une explication, le malheur étant qu’elles se contredisaient. En pareil cas nous avons fait ce que nous avons pu, mais je souhaiterais qu’il existât aussi une Plain German Campaign.

  2. Céline janvier 24, 2009 à 6:31

    Un imparfait du subjonctif. Sur mon blog. J’en ai la larme à l’oeil, tiens. Merci Gustave !

  3. Gustave janvier 26, 2009 à 4:25

    Wikipédia nous apprend que «le parlement du Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale a débattu en 1999 d’un projet de loi intitulé «Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz», c’est-à-dire «loi sur le transfert des obligations de surveillance de l’étiquetage de la viande bovine». L’article ajoute que «Devant des parlementaires hilares, le ministre responsable du projet, Till Backhaus, dut s’excuser pour “une longueur peut-être excessive”».
    Finalement le projet adopté était simplement intitulé: «Gesetz zur Übertragung der Aufgaben für die Überwachung der Rinderkennzeichnung und Rindfleischetikettierung».
    Mais utiliser des mots simples contrevient directement à l’instinct profond de l’allemand où l’idéal est une phrase d’au moins une dizaine de lignes, avec une seule proposition truffée d’incises et de subordonnées, et qui se termine par la particule séparable ou par le verbe, venant enfin éclairer la signification de tout ce qui précède, sur laquelle nous étions restés indécis.

  4. Une autre Céline janvier 30, 2009 à 10:02

    C’est pour ça que j’aime l’allemand ! Un jeu de construction, version écrite. Pour un traducteur, cela peut poser problème en matière de tarification, et j’ai une amie qui l’a résolu (le problème) en tarifiant au caractère et non au mot… elle est moins perdante !

Les commentaires sont fermés.