Maggie avait la gorge trop serrée pour répondre ; avant qu’elle puisse se reprendre, ils entendirent un gémissement s’échapper de l’une des hautes fenêtres à barreaux. Sourd et bas pour commencer, il gagna en volume et en hauteur pour se transformer en un hurlement tellement puissant qu’il en devenait déchirant. Les enfants en restèrent figés sur place. Maggie sentit la chair de poule l’envahir.

Maisie saisit le bras de Jem. « Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est, Jem ? »
Jem secoua la tête. La plainte s’arrêta brutalement, puis reprit, selon un crescendo toujours plus perçant. On aurait dit une horde de chats en train de s’étriper.

« Un hôpital ? » suggéra-t-il. « Comme celui de Westminster Bridge Road. Parfois, on entend les cris des femmes qui accouchent quand on passe devant. »

Maggie, les sourcils froncés, fixait du regard le mur couvert de lierre. Soudain, le dégoût se peignit sur son visage : elle venait de comprendre. « Mon Dieu, » dit-elle en faisant un pas en arrière. « Bedlam. »

Tracy Chevalier, Burning Bright

Suis-je la seule habitante du monde anglophone à ne pas connaître l’origine du mot « bedlam » ? Après avoir lu ce passage pendant les vacances, j’ai demandé à mes proches s’ils connaissaient la provenance de ce mot, utilisé pour décrire un grand tohu-bohu, et tous ont répondu par l’affirmative. Cependant, je pense que mon lectorat francophone sera sans doute intéressé de l’apprendre. Bref. J’ai filé à la bibliothèque, armée d’un carnet, pour voir ce que l’OED en pense, et j’y ai trouvé l’historique de cet établissement :
moon

Nom de l’hôpital de St Mary of Bethlehem, à Londres, prieuré fondé en 1247 avec pour mission d’accueillir l’évêque, les chanoines et autres dignitaires de St Mary of Bethlehem, son église mère, durant leurs séjours en Angleterre. En 1330, on le décrit en tant qu’« hôpital » et en 1402, en tant qu’hôpital pour « lunatics » ; en 1346, il reçoit la protection de la cité de Londres et lors de la dissolution des monastères, il est donné au maire et aux citoyens pour être incorporé en 1547 en tant que fondation royale pour l’accueil des aliénés. C’est ainsi que le mot a acquis son sens moderne, dont des exemples font leur apparition au début du 16e siècle. À l’origine situé à Bishopsgate, il est rebâti en 1676 près du mur de Londres et transféré en 1815 à Lambeth.

Je ne vous insulterai pas non plus en parlant de l’origine du mot « lunatic », bien que j’aie une tendresse toute particulière pour son étymologie : quand j’étais enfant, la pleine lune provoquait chez moi toutes sortes de malaises et de bizarreries. La traduction française de « it’s bedlam » pourrait être « on se croirait dans une maison de fous ».
Photo de la lune par *L*u*z*a*

De | 2016-10-18T15:49:17+00:00 5 janvier 2009|Mots|5 Comments

À propos de l'auteur:

Celine
Je m’appelle Céline Graciet et j’offre mes services de traduction de l’anglais au français à différents clients travaillant dans des secteurs variés. En 2003, j’ai lancé un blog abordant des sujets variés : les langues, la traduction, l’anglais, le français et tout ce qui touche au secteur de la traduction et à la vie d’une traductrice.

5 Réaction

  1. jean-paul janvier 7, 2009 à 7:15

    –> on se croirait chez les fous!
    –> c’est vraiment le cirque ici!
    — > quel chambard ! C’est un vrai chambard ici/la panique (–> mayhem)

  2. Franck janvier 8, 2009 à 10:37

    Bonjour Céline,
    J’enseigne moi même la traduction et l’interpétariat Français-Angalis et Anglais-Français à des étudiants de Licence et de Master et je pratique ces deux activités en plus de mon travail d’enseigant-chercheur.
    Je trouve ton blog très instructif et rafraîchissant et je vais en recommander la lecture à mes étudiants de L3 et de M1 pour qu’ils voient bien que certains conseils que je donne sont directement tirés de la pratique et non d’une pure abstraction.
    Merci encore pour ta démarche et bonne continuation sous le “soleil” de Brighton!

  3. céline janvier 9, 2009 à 8:10

    Bonjour et merci. Je suis bien à Brighton aujourd’hui, et il fait en effet très beau, mais j’habite maintenant à Leeds. Je suis en train de remettre à jour le site entier, il en a bien besoin !

  4. Le prophète Issa janvier 11, 2009 à 12:05

    Bedlam vient de Bethlem, ça c’est vrai puisque j’y suis né. Mais en hebreu “bit lahm” signifie maison du pain. Car ceux qui venait chez moi ne manquait jamais de pain. Comment une maison d’abondance et de pain est devenue maison de fou chez vous?

  5. Gustave janvier 23, 2009 à 7:43

    J’ai appris le mot «Bedlam» en lisant Voltaire qui a écrit dans «Pot-Pourri»: «Ce monde est un grand Bedlam, où des fous enferment d’autres fous». Mais une anglaise cultivée ne connaissait pas le terme au sens d’asile d’aliénés; pour elle on disait: «Qu’est-ce c’est que ce Bedlam?» au sens de: «Qu’est-ce que c’est que cette foire?» Je laisse à plus compétent que moi le soin de trancher.

Les commentaires sont fermés.